Actualités

COLLÈGE DUROCHER-SAINT-LAMBERT : Opération Ruban vert - Non à l’intimidation

Bien implantée au pavillon Saint-Lambert depuis plusieurs années, l’opération Ruban vert est une démarche visant à sensibiliser les jeunes au respect et à la non-violence.

Après une tournée des classes où tous les élèves sont exhortés à briser la loi du silence et à contrer l’intimidation, ils sont invités, avec les employés du Collège, à poser un geste concret pour signifier leur engagement à cet égard.

Encore cette année, la grande majorité des élèves de 1re et 2e secondaire ainsi que des membres du personnel sont venus chercher leur ruban et ont signé le «Manifeste du Ruban vert», s’engageant ainsi à participer à toute action pour lutter contre la violence et l’intimidation au Collège. Un mouvement aussi positif que rassembleur !

Légende photo : Les membres du comité organisateur affichent fièrement le ruban vert signé par les élèves et les membres du personnel.

PENSIONNAT DU SAINT-NOM-DE-MARIE : Créer une application mobile au service de la communauté

Comment aider la communauté grâce à une application mobile ? C’est la question que cinq élèves de la 5e secondaire du Pensionnat du Saint-Nom-de-Marie se sont posée dans le cadre de leur participation au Défi Technovation, un programme international visant à développer les compétences en technologie et en entrepreneuriat chez les filles de 10 à 18 ans.

En 2015-2016, Maxine, Sandrine, Agnès, Aiyu et Caroline ont donc développé l’idée d’une application mobile appelée FutureNow, qui visait à mettre en contact des diplômées du Pensionnat du Saint-Nom-de-Marie avec des élèves actuelles. L’objectif de l’application était de créer un réseau qui tisserait des liens permettant aux élèves du secondaire d’échanger avec des professionnelles de divers milieux afin de les aider à explorer différentes professions. Étant donné qu’il s’agit d’anciennes de l’école, le processus s’avérerait ainsi moins gênant pour certaines élèves. Pendant plusieurs mois, les filles ont ainsi appris trois langages informatiques afin de réaliser leur projet (HTML, CSS et JavaScript), en plus d’élaborer un plan d’affaires et de créer un prototype d’application.

Ce projet extrascolaire a été réalisé en anglais. En plus d’assister à différentes formations, dont certaines chez Google, chaque équipe était également accompagnée de professionnelles travaillant dans des entreprises montréalaises. Dans le cas du Pensionnat du Saint-Nom-de-Marie, c’est l’entreprise Breather qui encadrait les élèves. Grâce à ce mentorat, à leur détermination, à leur travail acharné, à leurs idées et à leur présentation convaincante, les membres de l’équipe ont remporté le premier prix de la finale montréalaise du Défi Technovation. Les élèves ont aussi eu l’occasion de discuter de leur projet à l’émission La Sphère de Radio-Canada. Bien que l’apprentissage n’ait pas toujours été facile et les obstacles nombreux, les filles sont ressorties de cette expérience avec un sentiment d’accomplissement et de fierté.

Nous remercions Sœur Marie-Paule Demarbre, responsable des communications, pour son apport dans la parution de ce journal.

ÉCOLE DE MUSIQUE VINCENT-D’INDY : Des programmes Musique-études au primaire et au secondaire

Au cours des cinq dernières années, l’École de musique Vincent-d'Indy a étendu son offre de service en démarrant des programmes Musique-études tant au primaire qu’au secondaire. Devant l’engouement pour la musique et les avantages reconnus par plusieurs études au sujet de la pratique d’un instrument dès un très jeune âge, l’idée de développer ces formations s’imposait d’elle-même.

Pour ce faire, l’École a créé des ententes avec des partenaires sérieux pour assurer la portion académique de ces programmes. C’est ainsi qu’avec la collaboration du Pensionnat du Saint-Nom-de-Marie, le programme Musique-études du secondaire a été implanté dès l’automne 2012. Deux années plus tard, l’École s’est associée avec l’école primaire Saint-Joseph, située sur le Plateau Mont-Royal, pour mettre sur pied le programme Musique-études destiné aux élèves de la 3e à la 6e année.

Au primaire, le programme hebdomadaire comprend 8 heures d’enseignement musical à l’École de musique Vincent-d’Indy et 25 heures d’enseignement académique à l’école Saint-Joseph. Au secondaire, le programme prévoit 14 heures consacrées à la musique chaque semaine et 16 heures pour les autres matières au Pensionnat du Saint-Nom-de-Marie. Les élèves acquièrent ainsi toutes les connaissances et toutes les compétences du Programme de formation de l’école québécoise, et ce, en développant leurs aptitudes motrices et cognitives liées à l’apprentissage de la musique.

Du côté musical, chaque élève bénéficie de cours individuels à l’instrument, de cours de musique de chambre et de chorale. À cela s’ajoutent, au primaire, des cours de culture musicale et de projets créatifs leur permettant notamment de participer aux différentes étapes de la production d’un spectacle. Au secondaire, des cours de formation auditive, de littérature musicale, de création et improvisation, d’informatique et musique, et des ateliers de pratique complètent la formation.

En créant ces programmes, l’École peut maintenant proposer un curriculum Musique-études unique au Québec qui s’échelonne du primaire jusqu’au niveau collégial.

Un geste qui fait la différence!

Collège Durocher Saint-Lambert

Depuis août 2015, les modalités d’attribution des outils informatiques ont été modifiées par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de l’Éducation. Le Collège a ainsi appris que les établissements d’enseignement privés ont maintenant la responsabilité de s’assurer que les élèves en difficulté aient accès rapidement à un ordinateur.

Afin de s’assurer que les élèves concernés continuent d’utiliser ce service, le Collège a procédé rapidement à l’acquisition de 28 ordinateurs portables et de chariots de chargement, qui sont maintenant à la disposition des élèves du 1er cycle éprouvant certaines difficultés dans leur apprentissage.

Ces appareils à la fine pointe de la technologie, que les élèves peuvent utiliser tant à l’école qu’à la maison, sont équipés de logiciels d’aide à la lecture et à l’écriture. Nos jeunes et leurs parents sont très heureux d’avoir ces outils à leur disposition, ce qui les conforte dans leurs apprentissages.

Cette acquisition a été rendue possible grâce à l’appui financier des sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie. Au nom de chaque élève, nous remercions chaleureusement les SNJM pour cette généreuse contribution qui fera certainement une différence dans le parcours scolaire de nos jeunes.

Merci aux Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie, éducatrices pour la vie !

Légende photo : Trois de nos jeunes élèves posent fièrement avec les ordinateurs portables.

 

Rétrospective de l’année 2016 pour les SNJM en 16 moments-clé – Partie 2

Suite et fin de ce clin d’œil sur l’année 2016 pour les SNJM du Québec.

9. Août 2016 – La passion des SNJM a conquis les visiteurs

Le 13 août 2016 restera dans les annales avec le succès retentissant des multiples activités organisées à la Maison de la congrégation, à Longueuil. Panel historique, concert, visites de la maison, du musée et de l’exposition des archives, les participants à cette journée organisée dans le cadre des activités culturelles du Mois de l’archéologie, ont manifesté leur intérêt et leur enthousiasme. De très beaux moments.

10. Septembre 2016 – Une programmation diversifiée et stimulante pour la Maison Jésus-Marie

Les sœurs de la Maison Jésus-Marie profitent d’une programmation de loisirs très diversifiée. Outre les activités de loisirs habituelles, les concerts et les spectacles, la programmation de la nouvelle année a intégré une nouvelle série de rencontres intitulée « Portrait de femmes ». Les premières rencontres laissent présager de bien belles choses pour l’avenir.

 

11. Octobre 2016 – Des activités stimulantes pour les associés SNJM anglophones

Lors d’une rencontre de planification de la nouvelle année, les responsables des trois groupes d’associés-es anglophones ont pris connaissances des grandes lignes des Actes du Chapitre pour s’en inspirer dans la mise en place de leur programme annuel.

12. Octobre 2016 – En route vers une spiritualité d’accueil

Les membres de l’Équipe de leadership provincial des SNJM ont organisé un rassemblement mobilisateur sous le thème « Des portes s’ouvrent sur la Vie ». Échanges en lien avec le dernier Chapitre général et approfondissement pour une spiritualité d’accueil à l’autre et aux différences.

13. Octobre 2016 – Une démonstration de solidarité

Il n’y a pas d’âge pour exprimer sa solidarité et faire œuvre missionnaire comme l’ont démontré une trentaine de tricoteuses talentueuses à l’exposition missionnaire tenue à la Maison Jésus-Marie. Après l’exposition, toutes les pièces de tricot ont été remises pour venir en aide aux jeunes, réfugiés, gens de la rue de Montréal et des environs, sans oublier les pensionnaires et étudiantes du Lesotho.

14.Novembre 2016 – Mère Marie-Rose, figure inspiratrice

Mère Marie-Rose fait partie du premier groupe de témoins de la foi, retenus pour inspirer les catéchètes et les catéchisés d’aujourd’hui. Cette initiative du Conseil Évangélisation et Vie chrétienne (CEVC) de l’Assemblée des Évêques du Québec (AEQ) a ainsi réuni dans un document, l’histoire de ces grands personnages que sont Jean de Brébeuf, Marguerite Bourgeoys, Marie de l’Incarnation, Élisabeth Turgeon, Marie-Rose Durocher et Adolphe Chatillon.

15. Décembre 2016 – Partir à la découverte des peuples autochtones

L’année 2016 a permis de vivre de beaux moments de rencontres avec les peuples autochtones lors des activités organisées par l’Association des religieuses pour les droits des femmes (ARDF). Outre une visite du musée des Abénakis, il y a eu une journée de formation très révélatrice.

16. Décembre 2016 – Mieux vivre l’Avent et s’imprégner de l’ambiance de Noël

Deux journées de réflexion sur le thème « Debout! Veillons. » ont été organisées pour se préparer à bien vivre l’Avent 2016. Outre toute la réflexion sur le vrai sens de Noël, il y a eu quatre spectacles de chorales, organisés à la Maison Jésus-Marie, pour le plaisir de toutes et tous. Une belle façon de s’imprégner de l’ambiance joyeuse de Noël.

Rétrospective de l’année 2016 pour les SNJM en 16 moments-clé - Partie 1

L’année 2016 a été riche en événements de toutes sortes dans le monde, certains tragiques, d’autres plus heureux alors que certains autres, ont provoqué de grandes surprises. À l’échelle des SNJM du Québec, l’année 2016 a été une année faste en activités enrichissantes et porteuses d’espérance.

Plusieurs initiatives ont également permis de faire rayonner l’apport de la congrégation et même, de renouer directement avec les anciennes et anciens élèves et le public en général.

Voici un petit retour en arrière sur 16 moments ou événements-clé qui ont marqué le parcours des SNJM du Québec en 2016. Il s’agit bien entendu, d’une sélection non exhaustive. Nous vous présentons cette rétrospective en deux parties.  La première partie couvre de janvier à juillet. La seconde comblera la deuxième moitié de l’année.

1. Février 2016 -  Participation active à l’accueil d’une famille de réfugiés syriens

Les SNJM, impliquées dans un partenariat mixte, ont grandement contribué à l’arrivée en mai d’une famille de réfugiés syriens, à Longueuil. La famille composée de trois personnes dont une petite fille de trois ans, n’a aucun parent au Canada. Elle a été prise en charge pour faciliter son intégration. Les membres de ce partenariat mixte ont entrepris les démarches pour accueillir une seconde famille en 2017.

2. Février 2016 – Réflexions sur la vie consacrée

Sous la forme de petites capsules vidéo, Sr Jacqueline Boudreau partage ses réflexions inspirées de sa participation au Colloque sur l’avenir de la vie consacrée en lien avec l’Année de la vie consacrée qui se terminait en décembre 2015. Des petites capsules inspirantes qui ont été vues et partagées partout, par l’entremise du site Web SNJM et de celui de la CRC sans oublier, YouTube.

3. Mai 2016 – Coup de chapeau de l’OSDL aux SNJM

Reconnues pour leur contribution importante dans l’enseignement de la musique, les SNJM du Québec supportent financièrement la série Portée pédagogique de l’Orchestre symphonique de Longueuil (OSDL) depuis plusieurs années. Ce programme a rejoint plus de 100 000 jeunes depuis son lancement en 1999. L’apport de la congrégation a été souligné de belle façon dans un article publié dans le Courrier du Sud et le communiqué de l’OSDL.

4. Mai 2016 – Une fête des jubilaires réussie

L’évènement annuel soulignant les 50, 60, 70, 75 et 80 ans de vie religieuse ainsi que les 25 années d’engagement au sein de la congrégation par les personnes associées a été un franc succès. Quelque 31 sœurs et deux personnes associées ont ainsi été honorées en 2016.

5. Juin 2016 – Début de l’aventure d’agriculture urbaine à la Maison Marie-Rose Durocher

Un groupe de résidentes de la Maison Marie-Rose-Durocher s’est converti à l’agriculture urbaine en s’occupant d’un superbe jardin de ville. Outre le plaisir de s’adonner à cette activité extérieure, cette initiative a égayé la cour en asphalte et surtout, ravi les amatrices de tomates et légumes bien frais!

6. Juin 2016 – Campagne de sensibilisation contre la traite humaine

En marge de la tenue du Grand Prix du Canada à Montréal, une nouvelle campagne de sensibilisation à laquelle est associée le CATHII, a fait sensation notamment, en impliquant des personnalités publiques. La campagne a profité d’une large diffusion dépassant la durée de l’évènement.

7. Juillet 2016 – Ouverture du nouveau musée de la Cocathédrale Saint-Antoine-de-Padoue

La réouverture du musée de la Cocathédrale de Longueuil a permis de mettre en évidence plus de 350 artéfacts et objets rappelant le parcours historique des premiers occupants. Le réaménagement du musée a aussi consacré une belle place à la présence des SNJM et à la fondatrice Marie-Rose-Durocher. À découvrir…

8. Août 2016 – Des activités de partage et d’échanges à Sainte-Émélie

Les résidentes de la résidence Sainte-Émélie cultivent l’art des échanges et des partages à l’occasion des pauses aux divers salons. Partage d’anecdotes et de souvenirs pour faire revivre des bons moments et se « payer une bonne pinte de rires »

Exprimer notre solidarité avec les femmes autochtones

Une journée de rencontre avec des « sœurs abénakises », à Odanack, le 15 octobre dernier, a été stimulante et instructive à plusieurs égards. Guidée par Nicole O'Bomsawin, les membres de la section Montréal de l’Association des religieuses pour les droits des femmes (ARDF) ont visité le Musée des Abénakis, qui incidemment, célèbre ses 50 années d’existence.

La présentation a permis de découvrir les us et coutumes de ce peuple autochtone qui occupait de vastes espaces dans le Sud du Québec et dans certains états américains. Elle a aussi précisé la signification du nom Abénakis qui veut dire « peuple de l’aurore ». Ce dernier compte actuellement sur deux communautés : Odanack et Wôlinak.

Les participantes ont également eu droit au partage d’un repas typiquement autochtone et à la visite de l’église, qui a été rebâtie deux fois à la suite d’un incendie. La journée s’est conclue avec des chants autochtones au son des tambours.

Cette journée-rencontre avec les Abénakis s’inscrit dans le programme annuel de l’ARDF qui entend poursuivre l’approche d’approfondissement des solidarités avec les femmes autochtones du Québec, lancée en 2010. Cela sous-entend d’aller sur leur terrain et de travailler étroitement avec elles pour dénoncer les différentes formes de violence dont elles sont particulièrement accablées.

Pour nourrir votre curiosité, consultez le site Web du Musée des Abénakis : http://museedesabenakis.ca/data/?lang=fr

Consulter l'album photos.

Pour en savoir plus sur l’ARDF

Récemment, l’actualité a mis en lumière l’existence de l’Associations des religieuses pour les droits des femmes (ARDF) dans le dossier des femmes détenues. Organisme influent, il demeure relativement méconnu du public et même de nombreuses religieuses.

Voici un petit rappel historique de cette organisation à laquelle est associée les Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie (SNJM) du Québec, depuis ses débuts.

Depuis combien d’années existe l’ARDF?

30 ans

Qui a eu l’initiative de la fondation de cette association?

L’Union des Supérieures générales (UISG) a créé cette organisation à l’occasion de l’Année internationale de la femme en 1975

Y a-t-il eu des changements importants depuis sa création?

Soutenue par l’UISG jusqu’à la fin de la décennie de la femme en 1985, l’organisation, sous l’impulsion de son équipe fondatrice, s’est structurée. En 1986, on procède à la définition de la mission et de ses assises juridiques. L’organisation se nomme officiellement « Association des religieuses pour la promotion des femmes ».

Quels sont les buts de cette nouvelle organisation?

A) Poursuivre le processus de conscientisation au vécu d'oppression des femmes

B) Participer à la transformation des rapports inégalitaires entre les femmes et les hommes

C) Contribuer à bâtir une société et une Église où la dignité, l'égalité et l'autonomie des femmes seront reconnues et respectées

Qu’est-il arrivé en 2010?

La société ayant évolué, il était devenu important de changer le nom de l’association pour qu’il soit plus représentatif des préoccupations des femmes. On a dépassé le stade de la promotion… On adopte alors le nom suivant : Association des religieuses pour les droits des femmes (ARDF).

Est-ce que l’ARDF travaille en vase clos?

Non, bien au contraire. L’ARDF travaille en lien étroit avec plusieurs organisations telles que la Fédération des femmes du Québec (FFQ), la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelles (CLES), le Comité d’action contre la traite humaine interne et internationale (CATHII) et la Coordination du Québec de la marche mondiale des femmes (CQMMF).

Combien de congrégations sont membres de l’ARDF?

31 congrégations ont adhéré à l’association et y ont délégué au moins une personne sur les 40 qui participent à la vie de l’organisme.

Qui assume le rôle de représentante officielle des SNJM au sein de l’ARDF?

Jusqu’à l’an dernier, Sr Jeannine Cornellier était la déléguée officielle des SNJM au sein de l’Association des religieuses pour les droits des femmes. Depuis 2015, Sr Constance Létourneau occupe cette fonction. Sr Jeannine continue à y militer comme membre.

Quelles sont les actions posées par cette organisation?

Les actions de l’ARDF ne sont pas toutes de nature publique et passent souvent inaperçues, étant orchestrées avec plusieurs autres partenaires, que l’on songe à la campagne de sensibilisation contre l’exploitation sexuelle lors du Grand Prix du Canada, par exemple ou à la lettre ouverte sur la situation des femmes détenues au Québec.

En parallèle, certaines initiatives des congrégations viennent en quelque sorte appuyer la démarche de l’ARDF. Que l’on songe à l’activité organisée par les SNJM dans le cadre de la Marche mondiale des femmes qui avait lieu en 2015. On se rappellera que la congrégation a nolisé un autobus réunissant des SNJM, des laïques associés-es et des collaborateurs-trices afin de participer à cette nouvelle édition de la Marche qui se tenait à Trois-Rivières.

 

Eulalie Durocher, une figure inspiratrice pour les catéchètes d’aujourd’hui!

Le lancement récent de la publication « Six figures inspiratrices des catéchètes » met en lumière la contribution précieuse de six témoins de la foi qui ont marqué l’histoire dont Eulalie Durocher, la fondatrice des Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie. Cette dernière côtoie les Jean de Brébeuf, Marguerite Bourgeoys, Marie de l’Incarnation, Élisabeth Turgeon et Adolphe Chatillon.

Ce projet, porté par le Conseil Évangélisation et Vie chrétienne (CEVC) de l’Assemblée des Évêques du Québec (AEQ) depuis quelques années, a pour but de répondre aux attentes des catéchètes d’aujourd’hui. Conscient que le travail en évangélisation est fort différent de ce qu’il était à l’époque, les membres du comité responsable de ce projet étaient néanmoins convaincus de l’importance de présenter le travail remarquable effectué dans le passé.

Renouer avec la richesse de notre histoire et faire prendre conscience de toute l’énergie déployée par ces personnalités d’un autre temps, font partie des motivations du CEVC dans la réalisation de ce projet.

Faire découvrir ce qui animait intérieurement ces témoins

« C’est important de faire réaliser toute la flamme qui animait ces témoins, de toute la foi qu’ils avaient dans leur travail », mentionne Francine Vincent, responsable diocésaine du catéchuménat au Diocèse Saint-Jean-Longueuil et membre du comité de rédaction de cette publication. « C’est un document inspirant autant pour les catéchètes que pour les catéchisés », ajoute-t-elle.

Après mûre réflexion, il a été décidé de retenir, pour le moment, des figures inspiratrices du passé. C’est une belle façon de renouer avec l’histoire et de combler l’absence de nombreux repères culturels.

La sélection de ces témoins n’était pas simplifiée pour autant. Elle s’est effectuée selon les critères précis suivants :

  • Etre agissante au Québec /Canada
  • Etre directement engagée dans le monde de la catéchèse (éveil, initiation, approfondissement)
  • Etre impliquée d’une manière ou d’une autre (enseignement, approches pédagogiques, accompagnement, mise en place d’institutions éducatives, formation d’intervenants, promotion dans l’Église et la société)
  • Etre décédée tout en ayant eu une vie assez connue pour avoir accès à des sources écrites et être capable de déterminer son action
  • Être reconnue à son époque ou plus tard pour son apport

Visiter ou revisiter des parcours d’exception

À en juger par les premiers commentaires élogieux, cette publication qui a été distribuée dans tous les diocèses du Québec, aura fort probablement une suite. Pour le moment, des efforts sont déployés pour la faire rayonner auprès de tous les catéchètes mais aussi auprès de tous les catéchisés.

On peut s’adresser aux diocèses ou encore récupérer gratuitement la version électronique disponible ici. http://www.eveques.qc.ca/documents/2016/00FiguresInspiratricesWEB-1.pdf

C’est une belle occasion de visiter ou revisiter le parcours de personnalités d’exception dont la Bienheureuse Eulalie Durocher, sous la plume de Francine Vincent. Cette dernière a également écrit le profil de Sainte Marie de l’Incarnation alors que Sr Lorraine Caza, a écrit ceux de Saint Jean de Brébeuf et Sainte Marguerite Bourgeoys. Daniel Cadrin, OP a rédigé les profils de la Bienheureuse Élisabeth Turgeon et du Vénérable Adolphe Chatillon.

 

Autres articles récents dans la section Actualités
COLLÈGE DUROCHER-SAINT-LAMBERT : Opération Ruban vert - Non à l’intimidation
PENSIONNAT DU SAINT-NOM-DE-MARIE : Créer une application mobile au service de la communauté
ÉCOLE DE MUSIQUE VINCENT-D’INDY : Des programmes Musique-études au primaire et au secondaire
Un geste qui fait la différence!
Rétrospective de l’année 2016 pour les SNJM en 16 moments-clé – Partie 2
Rétrospective de l’année 2016 pour les SNJM en 16 moments-clé - Partie 1
Et si l’identité québécoise était le fruit d’un important métissage avec les peuples autochtones?
« C’est beau de voir la réussite de nos élèves » - Charles Labrie
Exprimer notre solidarité avec les femmes autochtones
Eulalie Durocher, une figure inspiratrice pour les catéchètes d’aujourd’hui!