Actualités

Une nuit d’adoration en compagnie de Mère Marie-Rose et plusieurs figures inspirantes

Un temps de prière sous le patronage de la Bienheureuse Marie-Rose Durocher aura lieu, de 3 h à 5 h, dans la nuit du 24 au 25 mars prochain, au Sanctuaire du Saint-Sacrement, à Montréal. Cette période est inscrite dans la programmation d’une nuit d’adoration, organisée par la Fraternité monastique de Jérusalem, dans le cadre des célébrations du 375e anniversaire de Montréal.

Ce temps de prière, dédié à la fondatrice de la première congrégation religieuse féminine d’enseignantes d’origine canadienne, sera animé par la Bande FM. Cet événement invite les gens à venir prier en présence de plusieurs figures inspirantes qui ont contribué à la fondation et au développement de Montréal.

Outre les Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie (SNJM) avec la Bienheureuse Marie-Rose, la nuit de prière et d’adoration fera bonne place au Saint Frère André (congrégation de Sainte-Croix), à la Bienheureuse Émilie Gamelin (Sœurs de la Providence), à Sainte-Marguerite d’Youville (Sœurs grises de Montréal), à la Bienheureuse Marie-Anne Blondin (Sœurs de Sainte-Anne) et à Sainte Marguerite Bourgeoys (Congrégation Notre-Dame).

Cette nuit de prières, du 24 au 25 mars, sera suivie à 8 h, d’une célébration de Laudes, animée par les moines et moniales de la Famille de Jérusalem. Une table ronde sous le thème « Que tous soient Un », est prévue de 9 h 30 à 11 h 30. Sœur Marie-Laure Simon, cnd, sœur Madeleine Saint-Michel, rhsj et la Bande FM participeront à cet échange.

La programmation comprend également une messe solennelle à midi, un dîner communautaire puis un pèlerinage vers la Croix du Mont-Royal, de 15 h à 17 h. Tous sont invités à partager l’information et à se rendre sur place. Aucune réservation n’est requise, l’église est suffisamment grande pour accueillir tout le monde. Rappelons que le Sanctuaire du Saint-Sacrement est situé au 500, ave du Mont-Royal Est (métro Mont-Royal).

Pour plus de renseignements, vous pouvez consulter le programme en format PDF ci-dessous.

Passage à l’émission En direct de l’univers : Une expérience inoubliable pour les SNJM

« J’étais fébrile avant que le rideau tombe pour nous voir apparaître.  Mais la musique enlevante m’a entraîné malgré moi. Ça a passé si vite… » raconte Sr Monique Gendron, une des dix Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie (SNJM) qui ont participé avec enthousiasme à leur première émission de télévision en direct à vie! Elle n’est pas la seule à avoir savouré cette aventure.

Deux répétions à la Maison Jésus-Marie ont suffi à ces anciennes enseignantes de chant et/ou membres de la chorale SNJM pour apprendre les trois chants demandés. Toutefois, l’expérience ne faisait que commencer…

Déjà impressionnées par les premiers contacts avec les membres de l’équipe lors des fameux tests de son du vendredi, c’est au jour « J », le samedi, que chacune d’entre elles a pris toute la mesure de cette expérience.

« J’ai été frappée par leur exactitude et la nécessité d’arriver à la seconde près », souligne Sr Suzanne Lavallée. Avoir à recommencer les prestations pour que le tout arrive dans le temps requis fait prendre conscience jusqu’à quel point, les artisans de ce type d’émission de télévision doivent être rigoureux.

« L’entente entre chaque membre de l’équipe était impressionnante. Personne ne crie, chacun parle doucement, s’échange par signe. C’est toute une leçon de travail d’équipe qui pourrait faire école », ajoute-t-elle. Cela corrobore l’impression de Sr Monique Gendron qui a apprécié voir en coulisses tous les préparatifs. « C’est incroyable, on dirait des petites fourmis, toutes à leur tâche, sans s’encombrer les unes les autres. C’est une vraie famille où tous et toutes vont à leur travail avec joie et amour. »

Sr Gisèle Lizotte, 86 ans, abonde dans le même sens. « J’ai été émerveillée par leur discipline. Toute le monde sait où aller, quoi faire … » Se rappelant les souvenirs des « séances » organisées à l’école d’antan, Sr Gisèle a souligné qu’il n’y avait pas de comparaison possible. « Je n’ai jamais vu quelque chose de similaire. Je n’avais pas les yeux assez grands pour tout voir mais je comprends mieux désormais les façons de faire. »

Un accueil chaleureux

Au-delà de ces découvertes d’un nouveau « monde », les dix représentantes des Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie ont eu droit elles aussi à un bain d’amour. « Tout le monde a bien pris soin de nous », souligne l’une d’elles. « Ils ont été d’une gentillesse extraordinaire », mentionne une autre. On était ainsi aux petits soins pour les aider à descendre de cet escalier qu’elles ont monté et descendu quelques fois sans compter celui pour se rendre à la loge SNJM!

Et oui, on leur avait réservé une loge pour leur permettre de se reposer entre les répétitions. Eau, collations, souper, maquillage si désiré et même coiffure étaient au nombre des petites attentions offertes. Après leur prestation, elles ont été invitées à visionner la suite de l’émission dans une salle réservée à cet effet. L’accueil et le suivi constant apportés par l’assistante à la mise en scène Julie Boisvert, ont été tout autant appréciés, tout comme la présence accueillante de l’animatrice France Beaudoin, venue saluer et encourager les sœurs avant le début de l’émission.

Une présence SNJM remarquée

Et que dire des invités? « Je n’ai pas vu des sœurs de proche depuis longtemps », s’est exclamé un des artistes présents. Ce dernier comme les autres sont venus leur parler, échanger avec elles et même fait quelques blagues!

Les membres de l’auditoire présents à cette émission ont également partagé leur appréciation. Certains ont salué la bonne idée d’avoir pensé à inviter des sœurs à chanter à cette émission. D’autres ont exprimé tout le plaisir et le bonheur de les avoir vues là. Et c’est sans compter les commentaires reçus depuis sur Facebook ou par courriels.

Bref, ce fut une expérience enrichissante pour toutes les sœurs présentes qui ont conclu d’une même voix « nous ne pourrons plus jamais regarder la télévision de la même façon. » Même si elles n’ont pu parler directement à Julie Snyder le soir de l’émission, elles en conservent un souvenir inoubliable.

Petite histoire d’un grand moment

Dans les préparatifs de cette émission pour Julie Snyder, les recherchistes de l’émission avaient des notes sur son passage au couvent des SNJM à Longueuil. De fil en aiguille, l’idée a germé de faire chanter les sœurs sur la chanson « Dominique » de Sœur Sourire. Mieux encore, en fouillant dans les notes du questionnaire de l’invitée, à la question « Quel est le premier poster que tu as mis sur ton mur? », Julie Snyder a répondu « Aucun. Tout ce que j’ai eu sur mon mur, à mon souvenir, c’est une relique de Mère Marie-Rose, la fondatrice des Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie. »

Une personne a contacté la Maison Jésus-Marie pour vérifier s’il y avait des chanteuses chez les SNJM! Évidemment, la demande a vite atterri dans les mains de Sr Maryse Moisan, responsable du comité des loisirs à la Maison Jésus-Marie et d’une chorale des sœurs.

« Ce ne fut pas difficile de recruter des religieuses, membres ou non de la chorale. Cela nous a pris seulement deux répétions avant notre test de voix du vendredi pour maîtriser les chants demandés. Avec la participation de sœurs aussi expérimentées que Marthe-Gisèle et Huguette, nous étions prêtes à tout », de conclure Sr Maryse, toute aussi emballée par son expérience.

Voici les noms des sœurs participantes avec comme point de repère, les numéros sur les valises :

# 1 – Sr Thérèse Deschamps, SP (Sœur de la Providence)

# 2 – Sr Huguette Désourdy, SNJM

# 3 – Sr Suzanne Lavallée, SNJM

# 4 – Sr Gisèle Lizotte, SNJM

# 5 – Sr Gisèle Lalande, SNJM

# 6 – Sr Maryse Moisan, SNJM

# 7 – Sr Luce Boyer, SNJM

# 8 – Sr Jacqueline Longtin, SNJM

# 9 – Sr Marthe-Gisèle Beauchamp, SNJM

# 10 – Sr Monique Gendron, SNJM

# 11 – Sr Léa Dulude, SNJM

Crédit photos – Éric Myre

EXTERNAT MONT-JÉSUS-MARIE : Notre cour de rêve - Le jardin de Marie-Rose

Devant l’évidence d’avoir à transformer le terrain qui entoure l’école, en septembre 2014, une vaste consultation est lancée au sujet de l’aménagement d’une cour de rêve. D’abord, auprès du personnel puis des parents.  Le projet démarre, chaque classe doit préparer un projet qui sera évalué par un jury. Les propositions doivent être originales, réalistes, tenir compte des saisons et être utilisées par un grand nombre d’usagers de 5 à 12 ans. Le concours s’échelonne sur six semaines, il y a de la fébrilité dans l’air !

En février, le jury octroie le prix du meilleur projet à une classe de maternelle.  Toutefois, lorsque les professionnels responsables du dossier s’installent à leur table à dessin pour élaborer le projet final, ils tiennent compte de l’ensemble des propositions des enfants.

Le projet proposé par les professionnels rallie les enseignants, les élèves et les parents. D’autres alliés sont nécessaires. D’abord, les membres du conseil d’administration de la corporation qui se sont rapidement prononcés en faveur du projet et qui ont supporté la direction de l’école.  Ensuite, la communauté des Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie s’est manifestée par une contribution financière significative. Puis la Fondation de l’école a contribué en sollicitant les parents pour une contribution spéciale. Il fallait aussi recueillir toutes les approbations nécessaires auprès de la municipalité dans les délais requis afin de ne pas retarder le début des travaux.

Afin de réaliser notre cour de rêve en une douzaine de semaines, tous ont dû mettre l’épaule à la roue, des professionnels aux ouvriers, en passant par tous les collaborateurs. Les fins de semaine ont été nécessaires pour compléter le projet avant l’arrivée des enfants.

« C’était magique de voir leurs yeux émerveillés »

Le lundi 24 août 2015, lorsque les enfants sont entrés, c’était magique de voir leurs yeux émerveillés. Ils avaient quitté en juin avec une vague idée de ce à quoi la cour allait ressembler et ils revenaient pour débuter l’année dans un environnement complètement différent. Convaincus au départ qu’ils allaient avoir « la plus belle cour d’école de Montréal » ils se sont rapidement persuadés de posséder « la plus belle cour d’école du monde »… rien de moins. D’ailleurs, ils se sont montrés d’excellents ambassadeurs quelques semaines plus tard alors que nous accueillions leurs parents lors d’une « cour ouverte ».

Notre jardin de Marie-Rose quatre saisons a bien passé l’hiver. Les aménagements choisis permettent d’avoir autant de plaisir et de se récréer été comme hiver. Les installations sont sécuritaires et respectent la nature environnante puisque tous les arbres ont été préservés.  Plusieurs œuvres d’art, réalisées par les enfants sont intégrées dans le jardin de Marie-Rose, ils sont particulièrement fiers de voir leurs travaux ainsi immortalisés.

Mère Marie-Rose est bien présente dans le jardin grâce à une plaque en acrylique avec sa photo positionnée stratégiquement, les élèves de l’école la connaissent bien puisque nous soulignons son anniversaire chaque année.

C’était tout un défi de mener ce projet à terme tout en respectant l’échéancier et le budget initial. Nous y sommes parvenus grâce à la conjugaison de toutes ces bonnes volontés et probablement aussi parce que Mère Marie-Rose a veillé sur nous tout au long du projet.

Prise de position collective en faveur des personnes immigrantes et réfugiées

Au Chapitre général de 2011, nous avons identifié nos prises de position collectives comme un ministère commun pour répondre aux situations toujours en évolution. C’est une manière de continuer à être en mission toute notre vie.  La crise actuelle de la migration humaine nous invite à prendre position en faveur de l’accueil des personnes migrantes et réfugiées.

Un processus menant à un vote par les sœurs qui approuveront ou rejetteront la prise de position collective proposée a été mis en marche. Le 4 février dernier, les sœurs et personnes associées ont été invitées à la Maison Jésus-Marie pour participer à la première étape.

Monsieur Jacques Morin, intervenant communautaire et membre du comité parrainant deux familles syriennes à Longueuil, a partagé son expérience de l’accueil des personnes migrantes et réfugiées et la réflexion que suscite cette réalité. Il nous a livré avec compétence sa connaissance de la réalité syrienne et de l’accueil de la personne migrante et réfugiée.

Il a puisé un éclairage dans l’Évangile, dans l’histoire de notre communauté, par exemple, l’accueil par nos devancières de trois orphelines irlandaises. Il a également fait référence au matériel préparé par la Congrégation pour nous démontrer l’importance de notre engagement. Il nous a aussi amenées à cerner des pistes d’engagements pour l’intégration de ces personnes dans nos milieux. Les applaudissements qui ont suivi son intervention ont exprimé clairement combien son propos a été apprécié.

Des membres du Comité justice et paix ont ensuite présenté les étapes qui mèneront au vote le 10 mai 2017.

Visite surprise

Une surprise de taille attendait les personnes présentes à la réunion : la famille Allaham que nous parrainons comme SNJM avec un groupe du diocèse de Saint-Jean-Longueuil s’est jointe aux participantes pour la collation. A suivi un partage de pâtisseries, quelques-unes faites par Mme Allaham, et d’échanges variés.

La famille est ensuite allée visiter les sœurs de deux étages du Pavillon Saint-Charles pour la plus grande joie de toutes. Le souper partagé avec les sœurs du Pavillon Saint-André a clôturé cette rencontre conviviale marquée par l’ouverture à la différence, source d’enrichissement.

En somme, une première étape réussie !

Consultez l'album photos - Crédit photos Sr Patricia O'Neill

*Cet article écrit par Sr Marie-Paule Demarbre est le fruit d’une collaboration étroite avec les sœurs Claudette Bastien, Thérèse Laplante et Denise Riel qui ont partagé leurs notes.

COLLÈGE DUROCHER-SAINT-LAMBERT : Opération Ruban vert - Non à l’intimidation

Bien implantée au pavillon Saint-Lambert depuis plusieurs années, l’opération Ruban vert est une démarche visant à sensibiliser les jeunes au respect et à la non-violence.

Après une tournée des classes où tous les élèves sont exhortés à briser la loi du silence et à contrer l’intimidation, ils sont invités, avec les employés du Collège, à poser un geste concret pour signifier leur engagement à cet égard.

Encore cette année, la grande majorité des élèves de 1re et 2e secondaire ainsi que des membres du personnel sont venus chercher leur ruban et ont signé le «Manifeste du Ruban vert», s’engageant ainsi à participer à toute action pour lutter contre la violence et l’intimidation au Collège. Un mouvement aussi positif que rassembleur !

Légende photo : Les membres du comité organisateur affichent fièrement le ruban vert signé par les élèves et les membres du personnel.

PENSIONNAT DU SAINT-NOM-DE-MARIE : Créer une application mobile au service de la communauté

Comment aider la communauté grâce à une application mobile ? C’est la question que cinq élèves de la 5e secondaire du Pensionnat du Saint-Nom-de-Marie se sont posée dans le cadre de leur participation au Défi Technovation, un programme international visant à développer les compétences en technologie et en entrepreneuriat chez les filles de 10 à 18 ans.

En 2015-2016, Maxine, Sandrine, Agnès, Aiyu et Caroline ont donc développé l’idée d’une application mobile appelée FutureNow, qui visait à mettre en contact des diplômées du Pensionnat du Saint-Nom-de-Marie avec des élèves actuelles. L’objectif de l’application était de créer un réseau qui tisserait des liens permettant aux élèves du secondaire d’échanger avec des professionnelles de divers milieux afin de les aider à explorer différentes professions. Étant donné qu’il s’agit d’anciennes de l’école, le processus s’avérerait ainsi moins gênant pour certaines élèves. Pendant plusieurs mois, les filles ont ainsi appris trois langages informatiques afin de réaliser leur projet (HTML, CSS et JavaScript), en plus d’élaborer un plan d’affaires et de créer un prototype d’application.

Ce projet extrascolaire a été réalisé en anglais. En plus d’assister à différentes formations, dont certaines chez Google, chaque équipe était également accompagnée de professionnelles travaillant dans des entreprises montréalaises. Dans le cas du Pensionnat du Saint-Nom-de-Marie, c’est l’entreprise Breather qui encadrait les élèves. Grâce à ce mentorat, à leur détermination, à leur travail acharné, à leurs idées et à leur présentation convaincante, les membres de l’équipe ont remporté le premier prix de la finale montréalaise du Défi Technovation. Les élèves ont aussi eu l’occasion de discuter de leur projet à l’émission La Sphère de Radio-Canada. Bien que l’apprentissage n’ait pas toujours été facile et les obstacles nombreux, les filles sont ressorties de cette expérience avec un sentiment d’accomplissement et de fierté.

Nous remercions Sœur Marie-Paule Demarbre, responsable des communications, pour son apport dans la parution de ce journal.

ÉCOLE DE MUSIQUE VINCENT-D’INDY : Des programmes Musique-études au primaire et au secondaire

Au cours des cinq dernières années, l’École de musique Vincent-d'Indy a étendu son offre de service en démarrant des programmes Musique-études tant au primaire qu’au secondaire. Devant l’engouement pour la musique et les avantages reconnus par plusieurs études au sujet de la pratique d’un instrument dès un très jeune âge, l’idée de développer ces formations s’imposait d’elle-même.

Pour ce faire, l’École a créé des ententes avec des partenaires sérieux pour assurer la portion académique de ces programmes. C’est ainsi qu’avec la collaboration du Pensionnat du Saint-Nom-de-Marie, le programme Musique-études du secondaire a été implanté dès l’automne 2012. Deux années plus tard, l’École s’est associée avec l’école primaire Saint-Joseph, située sur le Plateau Mont-Royal, pour mettre sur pied le programme Musique-études destiné aux élèves de la 3e à la 6e année.

Au primaire, le programme hebdomadaire comprend 8 heures d’enseignement musical à l’École de musique Vincent-d’Indy et 25 heures d’enseignement académique à l’école Saint-Joseph. Au secondaire, le programme prévoit 14 heures consacrées à la musique chaque semaine et 16 heures pour les autres matières au Pensionnat du Saint-Nom-de-Marie. Les élèves acquièrent ainsi toutes les connaissances et toutes les compétences du Programme de formation de l’école québécoise, et ce, en développant leurs aptitudes motrices et cognitives liées à l’apprentissage de la musique.

Du côté musical, chaque élève bénéficie de cours individuels à l’instrument, de cours de musique de chambre et de chorale. À cela s’ajoutent, au primaire, des cours de culture musicale et de projets créatifs leur permettant notamment de participer aux différentes étapes de la production d’un spectacle. Au secondaire, des cours de formation auditive, de littérature musicale, de création et improvisation, d’informatique et musique, et des ateliers de pratique complètent la formation.

En créant ces programmes, l’École peut maintenant proposer un curriculum Musique-études unique au Québec qui s’échelonne du primaire jusqu’au niveau collégial.

Un geste qui fait la différence!

Collège Durocher Saint-Lambert

Depuis août 2015, les modalités d’attribution des outils informatiques ont été modifiées par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de l’Éducation. Le Collège a ainsi appris que les établissements d’enseignement privés ont maintenant la responsabilité de s’assurer que les élèves en difficulté aient accès rapidement à un ordinateur.

Afin de s’assurer que les élèves concernés continuent d’utiliser ce service, le Collège a procédé rapidement à l’acquisition de 28 ordinateurs portables et de chariots de chargement, qui sont maintenant à la disposition des élèves du 1er cycle éprouvant certaines difficultés dans leur apprentissage.

Ces appareils à la fine pointe de la technologie, que les élèves peuvent utiliser tant à l’école qu’à la maison, sont équipés de logiciels d’aide à la lecture et à l’écriture. Nos jeunes et leurs parents sont très heureux d’avoir ces outils à leur disposition, ce qui les conforte dans leurs apprentissages.

Cette acquisition a été rendue possible grâce à l’appui financier des sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie. Au nom de chaque élève, nous remercions chaleureusement les SNJM pour cette généreuse contribution qui fera certainement une différence dans le parcours scolaire de nos jeunes.

Merci aux Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie, éducatrices pour la vie !

Légende photo : Trois de nos jeunes élèves posent fièrement avec les ordinateurs portables.

 

Autres articles récents dans la section Actualités
Une nuit d’adoration en compagnie de Mère Marie-Rose et plusieurs figures inspirantes
Passage à l’émission En direct de l’univers : Une expérience inoubliable pour les SNJM
EXTERNAT MONT-JÉSUS-MARIE : Notre cour de rêve - Le jardin de Marie-Rose
Prise de position collective en faveur des personnes immigrantes et réfugiées
COLLÈGE DUROCHER-SAINT-LAMBERT : Opération Ruban vert - Non à l’intimidation
PENSIONNAT DU SAINT-NOM-DE-MARIE : Créer une application mobile au service de la communauté
ÉCOLE DE MUSIQUE VINCENT-D’INDY : Des programmes Musique-études au primaire et au secondaire
Un geste qui fait la différence!
Rétrospective de l’année 2016 pour les SNJM en 16 moments-clé – Partie 2
Rétrospective de l’année 2016 pour les SNJM en 16 moments-clé - Partie 1