Dans la section: En souvenir

Soeur Monique Gougeon

« Je vais à la Lumière, à l’Amour, à la Vie! »   (Ste Elisabeth-de-la-Trinité)

Le douze février 2015, sœur Monique Gougeon,
en religion, sœur M.-Jean-Raynald,
est entrée à la maison du Père.
Elle avait quatre-vingt-sept ans, dont soixante-cinq ans de profession religieuse.

Née à Montréal  au Québec, le dix-neuf août 1927,
baptisée le lendemain à l’église du Très-Saint-Rédempteur,
elle est la dernière des sept enfants
d’Émile Gougeon et de Béatrice Reed.

Monique est née dans l’Est de Montréal où plusieurs écoles sont alors dirigées par des S.N.J.M. Elle étudie d’abord à l’École du Saint-Nom-de-Jésus puis à l’École Stadacona. En 1944, elle termine sa onzième année et obtient un certificat d’études commerciales. À Hochelaga, elle poursuit ses études musicales couronnées par un diplôme de septième année d’orgue  en 1947 et de septième année de piano en 1952.

Deux de ses frères s’orientent vers la vie religieuse, chez les C.S.C. : Pierre-Paul ( Frère Raynald) et Jean-Émile (Frère Jean-Émile) A son tour, le vingt-quatre juillet  1947, Monique se présente au Noviciat SNJM à Outremont. Ses années de formation sont heureuses pour elle : elle y voit une occasion de mieux connaître la spiritualité des SNJM et ses engagements. Durant toutes ses années de vie religieuse, sœur Monique portera toujours ce souci de joindre spiritualité et action.

Durant vingt-deux ans, elle est professeure de piano-chorale dans plusieurs de nos pensionnats, dont Maskinongé, l’Institut familial de Ste-Martine et Beloeil.

En juillet 1971, sœur Monique commence une seconde carrière : le monde du secrétariat et des finances. Bilingue et déjà dotée d’un certificat d’études commerciales,  elle est nommée à l’Économat général comme aide-comptable et secrétaire. L’année suivante, lors du déménagement des activités du Conseil général à Pierrefonds, elle devient secrétaire de la trésorière générale et y restera pendant huit ans.

En 1980, elle est reçue dans la Province de  Maisonneuve.  Durant vingt-neuf ans, elle y assume différentes responsabilités, surtout au niveau provincial, comme trésorière provinciale, comme membre du Conseil provincial et du Chapitre provincial et supérieure directe de sœurs vivant seules ou de groupes de deux sœurs. Quatre résidences profitent de sa présence : de Maisonneuve,  Rouen, Villeray et St-François d’Assise. Elle est aussi représentante des SNJM du Québec au RSE (Regroupement Responsabilité Sociale des Entreprises).

Sœur Monique sait profiter des sessions offertes par la Communauté : en 1986, elle est inscrite à l’année doctrinale à Cap-Rouge, au Québec, en vue de la catéchèse aux adultes. Elle apprécie aussi les sessions de partage sur nos Constitutions et notre spiritualité comme SNJM.  Elle écrit : « Je nous vois comme une portion d’Église riche de bonnes volontés, de talents, de charismes divers en marche vers un engagement concret dans la promotion de la justice ».  Après le Colloque sur la justice, elle dit : « cela a fait progresser ma réflexion et stimuler mon agir envers les démunis et les défavorisés ».

En 2009, sœur Monique arrive à la Maison Jésus-Marie où elle exerce le ministère de la prière. Aimable, disponible, paisible et souriante, sœur Monique laisse le souvenir d’une femme remplie de compassion, sereine et toujours prête à aider les pauvres, les blessés de la vie, les malades et les personnes dans le besoin.

Avec Élisabeth-de-la-Trinité, elle nous dit avec son grand sourire :

« Là-haut, je ne vous oublierai pas »…

...et nous non plusi.    Merci, sœur Monique.

 

Autres articles récents dans la section En souvenir
Soeur Mary Ellen Collins
Sœur Denise Rivet
Sœur Madeleine Philie
Sœur Monique Robitaille
Sœur Claire Montcalm
Sœur Gilberte Brien
Sœur Rollande Latour
Sœur Louise Rolland
Sœur Rita St-Onge
Sœur Gisèle Daoust