Dans la section: En souvenir

Soeur Alvina Cormier

« Le Seigneur est ma lumière et mon salut »  Psaume 36

Le 2 décembre 2014, sœur Alvina Cormier,
en religion, sœur Marie-Félix,
est entrée à la maison du Père.
Elle avait quatre-vingt-cinq ans
dont cinquante-huit ans de profession religieuse.

Née à East Angus, (Compton) au Québec,
le dix-sept septembre  1929,
elle est la neuvième des dix enfants
d’Évariste Cormier et de Georgiana Champoux.

Alvina  est née dans « un milieu anglophone et plutôt de religion protestante », mais aussi dans un  milieu d’entraide entre les familles, surtout après la « morosité sociale » qui suit la débâcle financière de mil neuf cent vingt-neuf. Ses parents, aux convictions religieuses profondes et fervents pratiquants, éduquent leurs enfants « selon les principes assez sévères de l’éducation catholique des années trente », écrit Alvina et leur inculquent des principes religieux solides.

Le parcours d’études d’Alvina, est assez particulier. Études primaires à son école paroissiale, jusqu’à la sixième année, puis pensionnaire chez les Ursulines, à Stansted, où une religieuse, sœur de sa mère, réside; elle y termine sa neuvième année et poursuit chez les CND pour son certificat de dixième année. Elle revient au Couvent d’East Angus afin de suivre le Cours commercial. Puis elle s’oriente  vers les études d’infirmière : elle est trop jeune ; on lui offre un poste aux archives de l’hôpital de Sherbrooke. Elle suit ensuite le cours d’infirmière pendant deux ans, mais abandonne à cause des exigences du stage. Enfin, elle obtient  un travail comme secrétaire à la compagnie où travaille son père, au Cap-de la-Madeleine. Elle écrit : « Plutôt volage malgré tout, je m’amuse ferme avec mes nombreux amis. »

Après une discussion avec des amis, au sujet de sa foi, le monde la déçoit. Déjà influencée par les nombreuses vocations religieuses de sa famille, trois frères et une sœur, sa décision est prise : elle se fera religieuse et l’enseignement lui sourit. Le vingt-trois janvier 1954, elle se présente au noviciat, à la Maison-mère S.N.J.M, à Outremont où sa sœur Gertrude, (Evariste-Marie) est déjà religieuse.

Sœur Alvina,  comme jeune professe, enseigne au cours élémentaire et elle le fera  pendant trente ans, dans différentes écoles et pensionnats du Québec, surtout dans les Cantons de l’Est, sa région natale, et au Mont Jésus-Marie, durant quinze ans.

En 1958, retour à la Maison-mère pour l’année de Juniorat, et en 1960 pour deux années d’études au scolasticat en vue des «Brevets d’enseignement C et  B ». Elle obtient le « Brevet A » de l’Université de Sherbrooke, en 1971. Quand on demande à sœur Alvina, quel apostolat elle préfère, elle écrit : « Enseigner la catéchèse aux jeunes parce que j’ai la chance de mieux faire connaître Jésus »,  et elle y met tout son cœur!

En 1989, elle demeure à la Maison-mère où elle assume diverses tâches communautaires : à l’infirmerie comme secrétaire médicale, tout en étant animatrice au Groupe L’Attisée. Puis lors du déménagement de la Maison-mère, en 2005, elle est nommée à la Résidence Marie-Rose- Durocher. En 2009, elle est admise à  la Maison Jésus-Marie pour le ministère de la prière.

Et le deux décembre 2014, sœur Alvina retrouve «  Celui qui a été et sera toujours sa lumière, sa force, sa paix et sa joie. »

 

 

 

 

 

Autres articles récents dans la section En souvenir
Sœur Pauline Labbé
Sœur Jeannine Dargis
Sœur Monique Longpré
Sœur Thérèse Laramée
Sœur Marie-Thérèse Côté
Sœur Madeleine Poliquin
Sœur Cécile Coiteux
Sœur Gabrielle Cossette
Sœur Thérèse Soucy
Sœur Léonie Lamarche