Dans la section: Prières et réflexions

L'influence d'Internet dans la vie monastique

À l’occasion de leur chapitre général, tenu à Assise en  septembre dernier, les moines trappistes ont entendu une réflexion des salésiens Franco Lever et Fabio Pasqualetti, respectivement doyen émérite et professeur à la faculté des sciences de la communication de l’Université pontificale sur la place d'Internet dans la vie monastique.

Les deux intervenants ont rappelé que « dans le cas de la communication de la part d’un ordre ou d’une congrégation, il faudrait garder à l’esprit que ce n’est jamais l’acte d’un individu, ni un acte isolé ; c’est un acte de communauté.  Dans une communauté religieuse, la qualité de la communication interpersonnelle dépend de l’existence ou non de relations profondes, de l’attention mutuelle, du respect et de l’amitié, ont expliqué les deux salésiens. Il doit y avoir un lien fort entre les personnes, un lien qui provient du partage d’idéaux, du fait de vivre ensemble, du travail commun, de la prière commune… qui permet de savoir comment dire les choses. »

D’où la nécessité d’une « richesse intérieure » qui permet à chaque religieux de « maintenir une discipline dans le temps qu’elle consacre à ces médias » et dépend de « la capacité de s’ancrer dans le charisme de l’ordre ».

 

Les jeunes qui arrivent aujourd’hui dans les abbayes « sont nés et ont grandi dans un environnement culturel qui est dominé par les valeurs du pouvoir et de l’argent, ont pour modèles ce que la culture a à leur offrir, souvent sans bénéficier de la protection des divers acteurs éducatifs en crises (famille, école, église…) ».

Selon les pères Lever et Pasqualetti : « Un jeune, qui a grandi avec l’idée que sans ses gadgets (smartphone ou tablette ou ordinateur…) et sans être connecté au réseau Internet, on ne peut pas vivre, devra s’engager dans une démarche qui lui permette de donner sens à sa vie ici et maintenant, pour lui et avec les personnes qui l’entourent, sans cet usage continu des technologies numériques. Il pourra se rendre compte qu’il est une créature parmi d’autres créatures, dans un monde qui est fascinant même pour Dieu. Il pourra apprendre à regarder avec un regard neuf, avec une attention nouvelle, et se sentir vivant et heureux, même s’il ne dispose que des choses essentielles à la mission.»

Les deux religieux concluent sur la question proprement trappiste du silence : « Le silence est quelque chose d’étranger à la vie des jeunes, ils ne savent pas ce qu’il signifie. Pour eux, le silence est quelque chose d’inédit. Cela ne signifie pas pour autant qu’ils soient incapables de saisir quelque chose de nouveau, de comprendre sa valeur, et de vouloir en faire l’expérience. »

 

Autres articles récents dans la section Prières et réflexions
CÉLÉBRATION DE L’AVENT 2017
Billet spirituel – Octobre 2017 - Les transformations dans la communauté tout au long de son histoire
Prière de louange
Chant - Vienne la paix
Écoute
Prière à Marie
Prière pour la Journée de la Terre – le 22 avril 2017
SEMAINE 7 - Le certificat Communauté bleue : la réponse des Églises en faveur du droit à l'eau
Billet spirituel – Mars 2017 - Appelées à une spiritualité de l’accueil … accueillir la vie dans sa fragilité
SEMAINE 6 - L'eau : une source de conflits e un facteur de paix