Dans la section: En souvenir

Soeur Jeanne Côté

« Celui  qui demeure en moi et en qui je demeure portera du fruit en abondance ».
 (Jean 15, 5-6)

Le 26 septembre  2014, sœur Jeanne Côté,
en religion, soeur M.-Thérèse-du-Carmel,
est entrée à la maison du Père.

Elle avait 98 ans dont soixante-quatorze ans de profession religieuse.
Née à Saint-Julien- de-Wolfestown  (Wolfe) au Québec,
le vingt-deux janvier 1916,
elle est la dixième des treize enfants d’ Eugène Côté et de Emma Gouin.

Née à Saint-Julien, dans une famille profondément chrétienne, Jeanne n’a que quatre ans lorsque toute la famille déménage à Coleraine où elle « passe une enfance très heureuse ». Jusqu’à la cinquième année, elle fréquente l’école du village, dirigée par les Sœurs de la Charité-de-St-Louis. A dix ans, lors d’une retraite de trois jours préparatoire à la communion solennelle, elle demande au Seigneur de lui dire ce qu’elle fera plus tard. « La réponse lui vient clairement, au fond de son cœur, au moment où elle reçoit l’hostie : « Tu seras religieuse ». C’est son secret jusqu’à l’âge de vingt ans. »

En 1930, Jeanne a quatorze ans lorsque son père et sa mère décèdent accidentellement. Une tante institutrice la reçoit alors chez elle, à Sutton, c’est là qu’elle prend le goût de l’enseignement. Cette tante l’encourage aussi à poursuivre ses études au Pensionnat de Disraeli dirigé par les religieuses SNJM. Après y avoir obtenu un diplôme élémentaire de huitième année du Bureau Central, elle « vérifie ses capacités pour l’enseignement, elle demande « une école rurale pauvre, à sept degrés ».  Elle y sera institutrice durant trois ans. « Comblée par le succès et l’appréciation de la commission scolaire, elle poursuit son rêve et « choisit, sans histoire, la Congrégation des SNJM. »

Le douze janvier 1938, elle se présente au noviciat d’Outremont. « L’adaptation à une vie de soumission et d’exigences n’est pas facile, comme l’écrit sœur Jeanne, mais l’amour de Dieu rend l’adaptation possible ». Devenue professe en 1940, elle enseigne dans plusieurs écoles et pensionnats du Québec, tout en poursuivant des études qui la conduisent à l’obtention de divers diplômes, jusqu’au Brevet A en 1968.  Sœur Jeanne consacre quarante-et-un ans de sa vie à l’éducation, dont trente-et-un  à l’enseignement. Lors de son départ de l’école Marie-Rose de Saint-Sauveur-des-Monts, après neuf ans de service, on lui rend ce témoignage : « Sœur Jeanne a réussi à faire de son école un havre de paix, de culture aimée et de joie dans le labeur ».

Très active, elle assume, en plus de ses nombreuses responsabilités,  des services tant au niveau paroissial que communautaire, tout en gardant une attention particulière pour les défavorisés de la vie.  Nommée à la Résidence d’East Angus en 1978, elle y demeure pendant dix-neuf ans  avec la  responsabilité de supérieure durant douze ans. « Elle a cultivé et développé, à sa façon, un climat où il fait bon de vivre ensemble. » Le temps de la retraite arrive, mais sœur Jeanne continue à servir au Chalet Jésus-Marie à St-Sauveur, puis à la résidence Ste-Émélie. En 2012, elle entre à la Maison Jésus-Marie, où elle se consacre au ministère de la prière jusqu’au 26 septembre 2014 où le Seigneur lui assigne sa dernière mission.

Nos sympathies à sa nièce, sœur Pauline Côté, S.N.J.M.

 

Autres articles récents dans la section En souvenir
Sœur Pauline Labbé
Sœur Jeannine Dargis
Sœur Monique Longpré
Sœur Thérèse Laramée
Sœur Marie-Thérèse Côté
Sœur Madeleine Poliquin
Sœur Cécile Coiteux
Sœur Gabrielle Cossette
Sœur Thérèse Soucy
Sœur Léonie Lamarche