Dans la section: Chez-nous

Nos jubilaires en vedette!

Jubilaires: Rose Longval et Gabrielle Cossette, 70 ans; Monique Papineau et Jeannine Duplin, 60 ans; Aline Côté et Aline Hébert, 50 ans de profession religieuse.
Dimanche, le 4 mars, s’est déroulée à la Résidence Ste-Émélie une fête digne du Paradis.  Et  nous avions de quoi fêter : pas moins de « 6 jubilaires ! » étaient en effet honorées.  Tout étincelait, tout vibrait dans la maison. Les cœurs débordants de joie  ne savaient   encore comment rendre grâce au Seigneur qui accomplit tant de merveilles !

Bien sûr, c’est par une messe solennelle, présidée par M. l’Abbé Ruphin que débutent les activités. Procession des  jubilaires, cierge en main, chants qui montent vers Dieu, homélie, renouvellement des vœux des jubilaires suivi d’un Magnificat éclatant, communion sous les deux espèces : voilà le repas eucharistique qui comble nos faims les plus tenaces!  Nourris du pain des forts,  nous pouvons désormais retourner dans la plaine.

Que l'on célèbre...
et que l'on danse!

Un repas digne des grands hôtels a été concocté par notre cuisinier, M. Rémi Joncas.  Le service est assuré par des jeunes filles qui participent à la liesse commune.  Rien n’est oublié, surtout pas le bon vin et le gâteau de fête qui termine bien ce banquet.

Nous voilà maintenant réunies à la salle polyvalente.  Un spectacle féérique se déploie sous nos yeux : c’est la « Troupe Aquarelle » qui vient revivre les sortilèges des danses d’autrefois : polkas, valses, mazurkas.  Les costumes non moins que les souples enlacements éblouissent les regards.  Une voix un peu moqueuse rappelle les commentaires grincheux que s’attirèrent ces danses lors de leur apparition.  Quant à nous, nous n’avons pas hésité à décerner un certificat de moralité, tant la grâce et l’élégance physique favorisèrent la détente mentale et l’épanouissement des cœurs.  Bientôt la fête se terminera sous ces gracieuses images.

Un goûter est servi et nos danseurs sont invités eux aussi  à croquer quelques bonnes bouchées.

Ce beau jour prend fin comme il a commencé : dans la reconnaissance et l’action de grâces.  Comme l’abbé Ruphin le constatait, toutes nos jubilaires renouvellent leurs engagements. Mère Marie-Rose dirait à peu près dans ces mots : « Je ne savais pas qu’il fût si doux d’appartenir à Dieu, et de ne vivre que pour Lui seul!»

Autres articles récents dans la section Chez-nous
Belle marque de reconnaissance aux SNJM par l’Orchestre symphonique de Longueuil (OSDL)
Retour poétique sur l’histoire d’un naufrage oublié
Octuor à cordes et chorale au programme de la Maison Jésus-Marie
Une saison de concerts bien chargée à la Maison Jésus-Marie
Un hommage à des « femmes de cœur et de passion »
La Famille Marie-Jeunesse à un tournant de son histoire
Un départ à la retraite plein d’émotions
Un rendez-vous fraternel pour garder la forme
Concert préparatoire réussi pour les élèves de l’école St-Edmond
Témoigner de Dieu aujourd’hui