Dans la section: En souvenir

Soeur Yolande Demers

-

«Cette femme forte, qui la trouvera? Sa valeur surpasse de beaucoup celle du corail.»  Pr 31, 10.

Le 2 octobre 2013, soeur Yolande Demers,
en religion M.-Jean-Marcel,
entrait à la maison du Père.

Elle avait 86 ans dont 66 de profession religieuse.
Née à Saint-Paul-l’Ermite, Québec, elle était la 15e des 17 enfants d’Alfred Demers et d’Ida Deslonchamps.

Yolande fréquente les écoles primaires Baril, Ste Jeanne d’Arc, Stadacona et la Nativité d’Hochelaga où enseignent les sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie. A la maison, elle est entourée d’amour et le rend bien. « Maman était une femme réservée et douce. Elle savait nous calmer en faisant un geste de ses deux mains qui disait tout. Elle aimait les enfants. Papa était un homme très bon, et très respectueux. Mes parents vivaient de foi. » Sa vocation religieuse s’enracine au foyer : « L’amour conjugal de mon Père et de ma Mère était pour moi un témoignage qui m’a amenée à la vie religieuse. » Adolescente, avec sa soeur Simone, elle aide à la cuisine du Couvent d’Hochelaga et y connaît de plus près encore les SNJM. Tout au long de sa vie, Yolande demeurera proche des siens, particulièrement de ses sœurs.

Entrée au noviciat à 17 ans, soeur M.-Alfred-Armand y fait profession à 19 ans. Les trois premières années de sa vie religieuse, elle est cuisinière dans nos Pensionnats Marie-Rose, à Montréal, et de Longueuil. Les 55 années qui suivent, sœur Yolande sert à la maison mère, d’abord comme aide infirmière pendant 26 ans :

« Auprès de nos sœurs malades, soeur Yolande assumait la responsabilité des opérées, des agonisantes. Elle ne comptait ni son temps, ni sa peine, ni ses fatigues; elle n’écoutait que son grand coeur. Par son accueil chaleureux, son écoute attentive, ses délicatesses de toutes sortes, elle savait panser les blessures tant physiques que morales. »

Comme sacristine à la maison mère, pendant  29 ans, « d’une simplicité remarquable, soeur Yolande abordait facilement les personnes. Elle remplit sa tâche avec beaucoup de douceur, de discrétion et d’amabilité, avec compétence, oubli de soi, sens des responsabilités et respect de chacun, chacune. » 

À la fermeture de la maison mère, soeur Yolande est nommée au couvent de Ste-Martine où elle aide à la pharmacie. Les quatre dernières années, sa santé décline, elle s’adonne au ministère de la prière à la Maison Jésus-Marie, à Longueuil, où le Seigneur viendra la chercher après quelque temps de souffrances offertes dans la foi.

Autres articles récents dans la section En souvenir
Sœur Pauline Labbé
Sœur Jeannine Dargis
Sœur Monique Longpré
Sœur Thérèse Laramée
Sœur Marie-Thérèse Côté
Sœur Madeleine Poliquin
Sœur Cécile Coiteux
Sœur Gabrielle Cossette
Sœur Thérèse Soucy
Sœur Léonie Lamarche