Dans la section: En souvenir

Soeur Gilberte Desrochers

-

« Je vous salue Marie » Luc, 1, 28.

Le 30 août 2013, soeur Gilberte Desrochers,
en religion Marie-Stella,
est entrée à la maison du Père.

Elle avait 80 ans dont 59 de profession religieuse.
Née à Montréal, elle était la dernière des 11 enfants
de Narcisse Desrochers et de Stella Hamel.

Gilberte a 2½ ans lorsqu’elle est atteinte d’une méningite qui la laisse 16 heures dans le coma.  L’enfant grandit à côté de l’ancienne l’église St-François-d ’Assise, près du fleuve St-Laurent. Tous les soirs, la famille va voir passer le « bateau blanc » et en écouter la musique qui rejoint la rive. Le voisinage de l’église facilite la fréquentation de la messe quotidienne. La mère ne saurait y manquer, ni au chemin de croix l’après-midi. Le soir on récite la prière en famille.

Gilberte fréquente l’école paroissiale jusqu’en 5e année et apprend à connaître ses enseignantes : des sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie. Elle quitte l’école sur la recommandation du médecin. Mais déjà les germes d’une vocation religieuse sont présents : « Quand je pensais à mon frère prêtre trappiste, je me disais : J’aimerais cela moi aussi entrer dans une communauté. J’étais attirée par la prière. »

À 19 ans, Gilberte réalise son désir en entrant au noviciat des sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie. Deux ans plus tard, à sa profession religieuse, elle prend le nom de Marie-Stella.  Pendant 30 ans, les obédiences successives la voient servir comme réfectorière, buandière ou cuisinière dans différentes résidences, particulièrement à l’Institut Jésus-Marie, au pensionnat Marie-Rose, aux résidences Frontenac et Wurtele. Son esprit de prière accompagne son travail, prière toute concrète, spontanée, confiante.

« La cuisine m’a toujours énervée. Quand je faisais du sucre à la crème, je priais : ‘Bonne Sainte Vierge, je pense que je ne suis pas capable. Vous ôterez ma main quand vous trouverez que c’est fini.  (Je réussissais toujours.)  Merci, vous m’aiderez encore’. »

Puis soeur Gilberte est nommée pour la maison mère; pendant 20 ans, elle poursuit son service communautaire en s’occupant du lavage à notre infirmerie, et cela jusqu’à la fermeture de cette grande maison de la montagne. La résidence Ste-Émélie reçoit alors soeur Gilberte qui poursuit, à la mesure de ses forces, un service communautaire, jusqu’à son changement pour la Maison Jésus-Marie de Longueuil où le Seigneur viendra cueillir celle qui le désirait, comme elle en témoigne :

À la messe, « quand on chante, après l’élévation : ‘Christ est là, Christ est vivant, Christ reviendra’, j’en ai des frissons. Je me dis : c’est vrai qu’Il est là sur l’autel même si je ne peux pas toujours le reconnaître dans les personnes. »

De la foi vécue, soeur Gilberte vient de passer à la Vision de celui qui
est Amour!

Autres articles récents dans la section En souvenir
Sœur Monique Robitaille
Sœur Claire Montcalm
Sœur Gilberte Brien
Sœur Rollande Latour
Sœur Louise Rolland
Sœur Rita St-Onge
Sœur Gisèle Daoust
Sœur Pauline Labbé
Sœur Jeannine Dargis
Sœur Monique Longpré