Dans la section: En souvenir

Soeur Gilberte Desrochers

-

« Je vous salue Marie » Luc, 1, 28.

Le 30 août 2013, soeur Gilberte Desrochers,
en religion Marie-Stella,
est entrée à la maison du Père.

Elle avait 80 ans dont 59 de profession religieuse.
Née à Montréal, elle était la dernière des 11 enfants
de Narcisse Desrochers et de Stella Hamel.

Gilberte a 2½ ans lorsqu’elle est atteinte d’une méningite qui la laisse 16 heures dans le coma.  L’enfant grandit à côté de l’ancienne l’église St-François-d ’Assise, près du fleuve St-Laurent. Tous les soirs, la famille va voir passer le « bateau blanc » et en écouter la musique qui rejoint la rive. Le voisinage de l’église facilite la fréquentation de la messe quotidienne. La mère ne saurait y manquer, ni au chemin de croix l’après-midi. Le soir on récite la prière en famille.

Gilberte fréquente l’école paroissiale jusqu’en 5e année et apprend à connaître ses enseignantes : des sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie. Elle quitte l’école sur la recommandation du médecin. Mais déjà les germes d’une vocation religieuse sont présents : « Quand je pensais à mon frère prêtre trappiste, je me disais : J’aimerais cela moi aussi entrer dans une communauté. J’étais attirée par la prière. »

À 19 ans, Gilberte réalise son désir en entrant au noviciat des sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie. Deux ans plus tard, à sa profession religieuse, elle prend le nom de Marie-Stella.  Pendant 30 ans, les obédiences successives la voient servir comme réfectorière, buandière ou cuisinière dans différentes résidences, particulièrement à l’Institut Jésus-Marie, au pensionnat Marie-Rose, aux résidences Frontenac et Wurtele. Son esprit de prière accompagne son travail, prière toute concrète, spontanée, confiante.

« La cuisine m’a toujours énervée. Quand je faisais du sucre à la crème, je priais : ‘Bonne Sainte Vierge, je pense que je ne suis pas capable. Vous ôterez ma main quand vous trouverez que c’est fini.  (Je réussissais toujours.)  Merci, vous m’aiderez encore’. »

Puis soeur Gilberte est nommée pour la maison mère; pendant 20 ans, elle poursuit son service communautaire en s’occupant du lavage à notre infirmerie, et cela jusqu’à la fermeture de cette grande maison de la montagne. La résidence Ste-Émélie reçoit alors soeur Gilberte qui poursuit, à la mesure de ses forces, un service communautaire, jusqu’à son changement pour la Maison Jésus-Marie de Longueuil où le Seigneur viendra cueillir celle qui le désirait, comme elle en témoigne :

À la messe, « quand on chante, après l’élévation : ‘Christ est là, Christ est vivant, Christ reviendra’, j’en ai des frissons. Je me dis : c’est vrai qu’Il est là sur l’autel même si je ne peux pas toujours le reconnaître dans les personnes. »

De la foi vécue, soeur Gilberte vient de passer à la Vision de celui qui
est Amour!

Autres articles récents dans la section En souvenir
Sœur Claire Montcalm
Sœur Gilberte Brien
Sœur Rollande Latour
Sœur Louise Rolland
Sœur Rita St-Onge
Sœur Gisèle Daoust
Sœur Pauline Labbé
Sœur Jeannine Dargis
Sœur Monique Longpré
Sœur Thérèse Laramée