Dans la section: En souvenir

Soeur Monique Beaudoin

-

« Si quelqu’un m’aime, il observera ma parole; mon Père l’aimera; nous viendrons à lui et nous établirons chez lui notre demeure. » Jn 14, 23.

Le 20 mai 2012  Soeur Monique Beaudoin,
en religion M.-Clément-du-Sacré-Cœur,
est entrée à la maison du Père.

Elle avait 82 ans dont 62 de profession religieuse.
Née à Disraéli, Québec,
elle était la 4e des 7 enfants
d’Achille Beaudoin et d’Alphéna Toupin.

Assez tôt, la famille déménage à South Brookfield, N.-E.; c’est là que Monique y fait ses études élémentaires en anglais. Elle a 12 ans lorsqu’un accident lui cause la perte d’un œil. Il n’est pas exagéré d’écrire que Monique « grandit en âge et en sagesse » dans une atmosphère de foi, de prière, d’entente familiale. Malgré son handicap, l’adolescente réussit bien en classe, particulièrement en mathématiques. La visite de trois SNJM à leur soeur de South Brookfield éveille la vocation religieuse de Monique. Ses études secondaires se poursuivent en français à Disraéli, Québec. Le choix de Monique s’affermit : à 17 ans, Monique demande à entrer au noviciat.

Soeur Clément-du-Sacré-Cœur, enseigne au cours primaire pendant 18 ans dans nos pensionnats de Viauville, Sherbrooke, Waterloo et Mont-Jésus-Marie d’Outremont. Excellente formatrice, douce et ferme, elle sait obtenir le meilleur des enfants.

Les talents et la qualité des relations interpersonnelles de soeur Monique l’appellent bientôt à des services diversifiés : animation à la résidence Jésus-Marie, direction du personnel de l’infirmerie, responsabilité de l’audio-visuel et de la reprographie au pensionnat d’Outremont, préposée à la comptabilité. « Elle remplit ces fonctions avec un grand sens des responsabilités ».

Consoeurs et employés apprécient cette femme « discrète, aimable, avenante, respectueuse des personnes ». Pour ses proches, sa famille, Monique garde une attention prévenante, pleine d’affection.

Soeur Monique a confié : « J’ai aimé tout ce que j’ai fait parce que l’important pour moi c’est l’amour que j’y mettais. Mon bonheur ne dépend pas des autres, mais de moi. Je me sais aimée de Dieu avec mes faiblesses. Je participe aux projets communautaires. Je médite souvent ces deux passages de la Bible : Apoc.3, 20 : ‘Voici que je me tiens à la porte...’ et le récit de l’Annonciation, le ‘Oui’ de Marie: Lc 1, 26ss.»

Soeur Monique a toujours mené une vie de prière intense et son quotidien en rayonnait.  «Son accueil, sa présence, son écoute de l’autre étaient naturels, spontanés. »

« La vie de soeur Monique prend tout son sens
dans son adhésion à quelqu’un d’unique et d’absolu, Jésus, Christ. »

Autres articles récents dans la section En souvenir
Soeur Mary Ellen Collins
Sœur Denise Rivet
Sœur Madeleine Philie
Sœur Monique Robitaille
Sœur Claire Montcalm
Sœur Gilberte Brien
Sœur Rollande Latour
Sœur Louise Rolland
Sœur Rita St-Onge
Sœur Gisèle Daoust