Dans la section: En souvenir

Soeur Jeanne-d’Arc Bourgault

-

« Ce que j’ai fait pour vous, faites-le vous aussi.
 Vous serez heureux si vous le mettez en pratique »
(Jn 13, 14 et 17)

Le 9 mars 2012, soeur Jeanne-d’Arc Bourgault,
en religion M.-Yvonne-Alfréda,
est entrée à la maison du Père.

Elle avait 91 ans dont 73 de profession religieuse.
Née à Thetford-Mines, Québec,
elle est l’une des 12 filles sur 17 enfants
d’Alfred Bourgault et de Mary Dubois.

Monsieur Bourgault travaille à la mine d’amiante. Son épouse est douce, fervente chrétienne; elle décède à la naissance du 17e enfant. Jeanne-d’Arc a 9 ans. L’aînée, Yvonne, prend la charge de la famille jusqu’au remariage de son père, l’année suivante. La belle-mère, veuve, amène avec elle ses 3 enfants. C’est l’exode: on déménage sur une ferme à Chartierville. Les 12 aînés quittent le foyer pour travailler; la nouvelle famille compte maintenant huit enfants. Jeanne-d’Arc fréquente l’école durant deux ans, puis doit aider aux tâches domestiques.

A 15 ans, éveillée par le contact avec ses enseignantes SNJM depuis l’âge de 10 ans, Jeanne-d’Arc confie son désir d’être religieuse. Cinq semaines après son entrée au postulat, la belle-mère décède, son père la presse de revenir à la maison. Jeanne-d’Arc ne changera pas sa décision. L’option est définitive.

Soeur Yvonne-Alfréda passera sa vie à notre maison mère. Pendant ses 65 ans de vie active, elle sert successivement comme aide-infirmière, veilleuse de nuit, cuisinière, réfectorière; elle voit à l’organisation et à l’approvisionnement des différentes cuisinettes, est responsable de l’approvisionnement des lingeries des étages.  D’un dévouement sans bornes, elle donne avec amabilité, sans penser à elle.  Voyons quelques témoignages fraternels :

« Soeur Jeanne-d’Arc  était d’une patience angélique, une agréable compagne, aimant rire, une femme de paix et une grande priante. » « Sa vie témoigne de la présence du Seigneur, de son amour pour chacun de ses enfants. » « Elle aimait particulièrement réciter la prière du Saint Nom de Jésus. Dans les derniers mois de sa vie, elle a vécu à l’intime d’elle-même grâce à une prière constante. La télévision en circuit fermé a été pour elle, durant son séjour à l’infirmerie, une façon de vivre en présence de son Seigneur. »

On peut résumer la vie de soeur Jeanne-d’Arc :
« Ô ma joie, quand je suis entrée dans la maison du Seigneur. »

Autres articles récents dans la section En souvenir
Soeur Mary Ellen Collins
Sœur Denise Rivet
Sœur Madeleine Philie
Sœur Monique Robitaille
Sœur Claire Montcalm
Sœur Gilberte Brien
Sœur Rollande Latour
Sœur Louise Rolland
Sœur Rita St-Onge
Sœur Gisèle Daoust