Dans la section: En souvenir

Soeur Jeanne-d’Arc Bourgault

-

« Ce que j’ai fait pour vous, faites-le vous aussi.
 Vous serez heureux si vous le mettez en pratique »
(Jn 13, 14 et 17)

Le 9 mars 2012, soeur Jeanne-d’Arc Bourgault,
en religion M.-Yvonne-Alfréda,
est entrée à la maison du Père.

Elle avait 91 ans dont 73 de profession religieuse.
Née à Thetford-Mines, Québec,
elle est l’une des 12 filles sur 17 enfants
d’Alfred Bourgault et de Mary Dubois.

Monsieur Bourgault travaille à la mine d’amiante. Son épouse est douce, fervente chrétienne; elle décède à la naissance du 17e enfant. Jeanne-d’Arc a 9 ans. L’aînée, Yvonne, prend la charge de la famille jusqu’au remariage de son père, l’année suivante. La belle-mère, veuve, amène avec elle ses 3 enfants. C’est l’exode: on déménage sur une ferme à Chartierville. Les 12 aînés quittent le foyer pour travailler; la nouvelle famille compte maintenant huit enfants. Jeanne-d’Arc fréquente l’école durant deux ans, puis doit aider aux tâches domestiques.

A 15 ans, éveillée par le contact avec ses enseignantes SNJM depuis l’âge de 10 ans, Jeanne-d’Arc confie son désir d’être religieuse. Cinq semaines après son entrée au postulat, la belle-mère décède, son père la presse de revenir à la maison. Jeanne-d’Arc ne changera pas sa décision. L’option est définitive.

Soeur Yvonne-Alfréda passera sa vie à notre maison mère. Pendant ses 65 ans de vie active, elle sert successivement comme aide-infirmière, veilleuse de nuit, cuisinière, réfectorière; elle voit à l’organisation et à l’approvisionnement des différentes cuisinettes, est responsable de l’approvisionnement des lingeries des étages.  D’un dévouement sans bornes, elle donne avec amabilité, sans penser à elle.  Voyons quelques témoignages fraternels :

« Soeur Jeanne-d’Arc  était d’une patience angélique, une agréable compagne, aimant rire, une femme de paix et une grande priante. » « Sa vie témoigne de la présence du Seigneur, de son amour pour chacun de ses enfants. » « Elle aimait particulièrement réciter la prière du Saint Nom de Jésus. Dans les derniers mois de sa vie, elle a vécu à l’intime d’elle-même grâce à une prière constante. La télévision en circuit fermé a été pour elle, durant son séjour à l’infirmerie, une façon de vivre en présence de son Seigneur. »

On peut résumer la vie de soeur Jeanne-d’Arc :
« Ô ma joie, quand je suis entrée dans la maison du Seigneur. »

Autres articles récents dans la section En souvenir
Sœur Monique Robitaille
Sœur Claire Montcalm
Sœur Gilberte Brien
Sœur Rollande Latour
Sœur Louise Rolland
Sœur Rita St-Onge
Sœur Gisèle Daoust
Sœur Pauline Labbé
Sœur Jeannine Dargis
Sœur Monique Longpré