Dans la section: En souvenir

Soeur Raymonde Laurendeau

-

« Sois joyeuse, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi » Luc 1, 28.

Le 21 février 2012, soeur Raymonde Laurendeau,
en religion Marie-Virginie,
est entrée à la maison du Père.

Elle avait 97 ans dont 74 de profession religieuse.
Née à Saint-Barthélemy, Québec, elle est l’aînée des 10 enfants d’Édouard Laurendeau et de Virginie Bérard.

Raymonde avait trois ans au décès de sa mère. Après six mois, son père se remarie avec la cousine de la défunte. Elle grandit dans une famille de cultivateurs où la foi marque le rythme quotidien. Elle fréquente l’école du rang puis le couvent du village. A la maison elle s’active à toutes les tâches domestiques y compris boulanger le pain. Un jeune homme sérieux la fréquente... Raymonde ressent aussi l’appel intérieur à la vie religieuse. Pour voir clair, elle intensifie sa prière, entre ses occupations domestiques, elle récite des Ave... Elle va passer trois semaines au couvent, pour observer les religieuses de plus près. De retour à la maison, elle n’est pas décidée. La retraite paroissiale éclaire sa décision : essayer le noviciat. Elle a 21 ans.

Au couvent, soeur Marie-Virginie peut exploiter ses nombreux talents; dès ses premières nominations, elle est responsable des grandes élèves comme « maîtresse de discipline », enseigne le tissage et la couture. Vient l’année de sa profession perpétuelle :

« L’ami sérieux avait continué d’espérer. Par ses frères, Raymonde lui fait dire de se trouver une bonne compagne et l’assure de ses prières. »

Pendant 40 ans, soeur Marie-Virginie enseigne, particulièrement à nos  Instituts familiaux de Sainte-Martine et de Saint-Lambert,  la coupe, le tissage; elle enseigne aussi les arts plastiques. « Calme, sereine, douce et ferme à la fois »,  elle est aimée de ses élèves.

A 64 ans, retirée de l’enseignement, soeur Raymonde demeure active et se dévoue à notre maison de villégiature de Saint-Sauveur et à la maison mère. Les services communautaires d’entretien et de réception la connaissent. Ses consoeurs l’apprécient :

« Compagne discrète, charmante, rieuse, dévouée et accueillante, elle prend l’intérêt de la maison; une grande simplicité de vie la caractérise. Elle exécute avec perfection un tricot, réussit une petite soirée communautaire, rend service avec empressement, sait tourner une lettre et exprimer avec finesse les sentiments les plus délicats. Elle a un goût marqué pour l’Office divin. Pour elle, les vacances et les sorties sont rares. ‘J’ai promis de mener une vie retirée et je la maintiens.’. »

Soeur Raymonde est admise à l’infirmerie à l’âge de 90 ans. Déjà depuis trois ans la mémoire de l’immédiat accusait des failles. Tout au long de ces  années notre soeur demeure fidèle à égrener des Ave et à marcher dans le corridor. Avec cœur, elle mêle sa voix encore belle à qui entonne un chant de la « Bonne Chanson ». Jusqu’à la fin soeur Raymonde goûtera la vie!

Autres articles récents dans la section En souvenir
Sœur Pauline Labbé
Sœur Jeannine Dargis
Sœur Monique Longpré
Sœur Thérèse Laramée
Sœur Marie-Thérèse Côté
Sœur Madeleine Poliquin
Sœur Cécile Coiteux
Sœur Gabrielle Cossette
Sœur Thérèse Soucy
Sœur Léonie Lamarche