Dans la section: En souvenir

Soeur Marthe Proulx

-

« Celui qui m’aime, sera aimé de mon Père; je l’aimerai et je me manifesterai à lui » Jn 14, 22.

Le 14 septembre 2011, soeur Marthe Proulx,
en religion M.-Philippe-de-l’Eucharistie,
est entrée à la maison du Père.

Elle avait 94 ans dont 65 de profession religieuse.
Née à Sainte-Marthe de Vaudreuil, Québec, elle est la 5e des enfants
 de J.-Alfred Proulx et de Donalda Pilon.

Marthe a 1½ an lorsque sa mère décède. Son père se remarie 5 ans plus tard et la famille augmentera de sept enfants. Dès son entrée en classe, elle rêve à la vie religieuse. Après son École Normale à Valleyfield, elle tente d’entrer dans une communauté contemplative : d’abord les Clarisses de Valleyfield puis les Servantes de Jésus-Marie à Hull et enfin les Visitandines d’Ottawa. Chaque fois, elle s’y voit refusée pour cause de santé. Devant ces refus, elle enseignera pendant trois ans, tout en dirigeant sa demande vers une congrégation enseignante qu’elle connaît bien, les SNJM. Après deux refus pour la même raison, sa persévérance obtient enfin une acceptation. Elle a 27 ans.

Soeur Philippe-de-l’Eucharistie poursuit sa carrière d’enseignante dans les Cantons de l’Est : auprès des jeunes du cours élémentaire puis du cours secondaire pendant 19 ans et comme directrice à l‘École St-Joseph de Sherbrooke les 12 années suivantes. Désireuse de compléter la formation de ses étudiantes, elle les assiste dans l’Action catholique et la Congrégation mariale. Limitée par une insuffisance cardiaque, elle fournit, tout au long des années, un supplément d’énergie pour accomplir, en femme heureuse, ses différents engagements.

Le projet de la Résidence Saint-François-d’Assise où la priorité est accordée à la prière contemplative vient combler les aspirations de sœur Marthe, alors à la retraite. A 65 ans, elle peut enfin donner beaucoup de temps à la prière et se dévouer pour la liturgie paroissiale. Les 8 dernières années la retrouvent à notre infirmerie. Soeur Marthe demeure une priante qui expérimente dans son cœur que « tout est grâce », les peines comme les joies, la santé comme la maladie, tendue qu’elle est vers l’Essentiel.

Autres articles récents dans la section En souvenir
Soeur Mary Ellen Collins
Sœur Denise Rivet
Sœur Madeleine Philie
Sœur Monique Robitaille
Sœur Claire Montcalm
Sœur Gilberte Brien
Sœur Rollande Latour
Sœur Louise Rolland
Sœur Rita St-Onge
Sœur Gisèle Daoust