Dans la section: Actualités

100e anniversaire de l’école Saint-Anselme

Le 21 octobre dernier, Sœur Jeannine Cornellier et moi-même assistions  au centième anniversaire de l’école Saint-Anselme.  Cent ans de présence éducative dans le milieu et soixante-sept ans de présence SNJM,  soit de septembre 1910 à juin 1977.

Voici les grandes lignes de son histoire. En septembre 1910, huit SNJM résidant au Couvent de la Nativité, se dirigent vers une nouvelle école, sise au 2743, rue de Rouen,  dans le quartier Hochelaga à Montréal. Connue d’abord sous le nom de Frontenac, elle prendra en 1914 celui de la paroisse où elle est située, soit celui de Saint-Anselme. 

Les SNJM en auront d’abord la direction et l’enseignement aux filles du primaire. En 1917 s’ajoutent  les filles du secondaire et en 1923, les garçons de 5 à 8 ans. C’est également en 1923 que l’école ouvre ses portes aux enfants des nouveaux arrivants : 300 garçons et filles d’origine polonaise, lithuanienne et ukrainienne partagent le même établissement que les 710 enfants qui fréquentaient déjà l’école.

En 1965, l’école accueille uniquement les élèves de l’élémentaire. En 1970, les élèves du deuxième cycle de l’élémentaire (4e, 5e et 6e années) sont dirigés vers l’école Frontenac sur la rue Bercy.  L’école Saint-Anselme reçoit les élèves du premier cycle de l’élémentaire (1re, 2e et 3e années) garçons et filles. Après avoir dispensé savoir et éducation pendant 67 ans, les SNJM quittent les lieux en juin 1977.

Des discours officiels, des échanges amicaux ont rendu hommage aux ouvrières de la première heure !

Jeanne Dagenais, snjm

Autres articles récents dans la section Actualités
Se sensibiliser à la traite humaine au quotidien
Un voyage en exil…
UN AUTRE REGARD SUR LA VIE RELIGIEUSE – Partie 2
UN AUTRE REGARD SUR LA VIE RELIGIEUSE - Partie 1
Que la paix soit avec elle
Rassemblement automnal SNJM sous le thème : « ouvertes à la transformation »
Moments de retrouvailles et de reconnaissance à Saint-Bruno
Succès de l’exposition sur les congrégations religieuses féminines à la Maison Saint-Gabriel
Mère Marie-Rose inspire le compositeur Airat Ichmouratov
Mère Marie-Rose Durocher nommée patronne secondaire de la paroisse Saint-Arsène