Dans la section: En souvenir

Soeur Hélène Lafortune

-

« J’habiterai la maison du Seigneur pour la durée de mes jours » (Ps 22 (23), 6.

Le 29 janvier 2010, soeur Hélène Lafortune,
en religion M.-Marguerite-de-Savoie,
est entrée à la maison du Père.

Elle avait 90 ans dont 67 de profession religieuse.
Née à Saint-Roch-de-l’Achigan, Québec,
elle était la 7e fille des 10 enfants
d’Ubald Lafortune et de Clara Roy.

Hélène est la 7e fille de suite dans la famille. A qui demandait à la mère si Hélène avait un don, la mère répondait : «Si je devais demander un don pour la petite, ce serait le don de la sainteté!». La réponse exprime bien le milieu chrétien dans lequel de nombreuses vocations ont grandi : tantes, sœurs, cousines dans différentes congrégations. La nôtre a totalisé un jour 23 Lafortune! Depuis toujours Hélène est attirée par la vocation religieuse et l’enseignement.

La carrière d’enseignement de soeur Marguerite-de-Savoie se déroule pendant 34 ans dans nos écoles de la Rive Sud et de Montréal avec des jeunes du cours primaire puis du cours secondaire. Ses meilleurs souvenirs rejoignent les petits d’un milieu pauvre qu’elle a préparés à la première communion. D’un esprit éveillé, curieux, elle adore l’étude et poursuit des cours, obtient des diplômes. Quant vient l’heure d’un changement de carrière, soeur Hélène est toute désignée comme bibliothécaire au Collège Durocher et à l’École Vincent-d’Indy. Elle rend ce service avec calme et intérêt pendant près de 13 ans, «heureuse de travailler avec les jeunes chercheurs, allant jusqu’au bout pour trouver des données satisfaisantes pour chacun». nous dit une compagne.

À 75 ans, soeur Hélène témoigne : «J’attribue mon adaptation facile à la vie religieuse à la présence de nombreuses parentes religieuses. Nous pouvions échanger sur des sujets de la vie spirituelle. En fait, mon histoire est toute simple : la prière et l’enseignement aux petits m’ont rendue heureuse; quant aux difficultés rencontrées inévitablement, il m’a été donné de les surmonter. Je suis une soeur heureuse.»

Nommée à notre maison mère, soeur Hélène rend de petits services occasionnels avant que la maladie ne la rejoigne en l’an 2000 et n’amène progressivement une regrettable perte de contact avec la réalité.  Soeur Hélène s’éteint à la Maison Jésus-Marie, paisiblement comme elle avait vécu.

Autres articles récents dans la section En souvenir
Sœur Claire Montcalm
Sœur Gilberte Brien
Sœur Rollande Latour
Sœur Louise Rolland
Sœur Rita St-Onge
Sœur Gisèle Daoust
Sœur Pauline Labbé
Sœur Jeannine Dargis
Sœur Monique Longpré
Sœur Thérèse Laramée