Dans la section: Chez-nous

«L’eau, un droit universel»

Ensemble pour bâtir un monde plus juste

Le chapitre général 2006 a été une occasion de nous laisser interpeller par les problèmes environnementaux de notre planète. La gestion de l’eau est sans contredit un des principaux enjeux internationaux du XXIe siècle.

Toutes les soeurs et personnes associées de la Congrégation sont interpellées à une prise de position collective sur l’eau.

La rencontre à Saint-Lambert regroupe quelques 200 sœurs et personnes associées pour le lancement de la démarche au Québec. Ensemble nous nous y engageons, non pour nous-mêmes, mais pour les générations qui nous suivront. La CHARTE DE LA TERRE mentionne que nous avons une responsabilité les uns envers les autres. Le réseau SNJM de JUSTICE ET PAIX, toujours attentif à l’exploitation des pauvres, après la prise de position collective de 2006 contre la traite des humains, nous rappelle que si les femmes ne sont pas à vendre, l’eau ne l’est pas non plus.

Reconnaître l’urgence de préserver l’eau comme un droit commun et un bien public par la démarche du voir, juger, agir, tel est le double objectif de notre investissement en temps et énergie. Des situations concrètes actuelles amorcent la réflexion :

  • dans certains pays, les puits de villages sont vidés au profit de l’industrie de l’eau embouteillée;
  • plus près de chez nous, le projet de dérivation de nos eaux vers des régions arides du sud abaisserait le niveau du St-Laurent au point de nuire à la voie maritime;
  • en Colombie, la gestion d’aqueducs par une compagnie oblige les familles à payer l’équivalent de 10 jours de nourriture pour une portion d’eau potable…
-

Et moi, suis-je témoin de situations alarmantes de pénurie, toxicité, gaspillage d’eau?

Comment passer à l’action en respectant et préservant l’eau

  • pour que cette ressource demeure exempte de pollution et accessible à tous nos frères et sœurs, 
  • pour que soit protégée la beauté de la création de Dieu pour tous?
L’EAU EST UN DROIT COMMUN ET UN BIEN PUBLIC!

Ne tuons pas la beauté du monde!

Énoncé

L'eau est un droit humain et un bien public

Les Soeurs des Saints Noms de Jésus et de Marie et les personnes associées déclarent que :

  • L'eau est un don sacré reliant toute source de vie.
  • L'accès à l'eau potable est un droit humain fondamental.
  • La valeur de l'eau douce pour le bien commun a priorité sur toute valeur commerciale.
  • L'eau potable est un héritage commun, un bien public de responsabilité collective.
-
Par conséquent, nous appuyons les actions et politiques
  1. qui assurent à tous les peuples, spécialement aux plus vulnérables, l'accès universel et suffisant à l'eau potable;
  2. qui protègent l'eau douce comme une ressource durable et renouvelable;
  3. qui réalisent les objectifs du Millénaire sur l'eau (Nations Unies).
Nous nous opposons à toutes les actions et politiques
  1. qui mettent en danger la réserve mondiale d'eau douce;
  2. qui enlèvent aux humains et aux autres espèces l'accès à une eau propre et essentielle à la vie;
  3. qui favorisent la privatisation et font de l'eau, notre héritage commun, une marchandise à vendre pour faire du profit.

Notre démarche, qui se poursuit dans chacun de nos groupes locaux, nous mènera vers une prise de position collective, une réponse à notre portée.

Un vote a été pris dans toute la Congrégation sur cet énoncé.

En date du 6 novembre 2008, l’Équipe de leadership de la Congrégation a annoncé que les membres de la Congrégation et les personnes associées ont appuyé fortement la prise de position collective : L’eau est un droit humain et un bien public. Depuis plus de cent cinquante ans, les sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie, guidées par le charisme de Marie-Rose Durocher, ont voulu répondre à des besoins urgents en posant des actions inspirées par les valeurs évangéliques.

L’Équipe nous invite aussi à « à poser des ACTIONS à différents niveaux : personnel, régional et corporatif, des actions qui soient conséquentes avec notre prise de position collective, spécialement « de prendre la responsabilité personnelle et collective de protéger la réserve d’eau mondiale, d’en assurer une distribution équitable, de dénoncer son exploitation pour un bénéfice économique » et « de réduire de moitié la proportion de personnes incapables d’avoir de l’eau potable ou d’avoir les ressources financières pour en acheter et qui n’ont pas accès à des installations sanitaires de base. » (ONU – L’eau pour la vie - Une décade internationale d’action) » « Sans nous lasser, « nous entendons l’appel à prendre soin de la terre pour les générations futures. » (Actes du Chapitre général de 2006, p. 4) »

Autres articles récents dans la section Chez-nous
Témoigner de Dieu aujourd’hui
Une centenaire bien entourée
Trois frangines en récital
Une fête des anniversaires inspirante pour célébrer la vie
Rencontre poétique à la Maison Jésus-Marie
Un récital inoubliable de Jean Saulnier
Une activité de détente ouverte à toutes!
Un « clavier romantique » qui a subjugué son auditoire
Comprendre l’action sociale avec l’Institut Notre-Dame du Bon-Conseil de Montréal
Réflexion et exercice de mémoire sur la vie, les engagements…