Dans la section: En souvenir

Soeur Héloïse Déry

-


« Loués soient à jamais les Saint Noms de Jésus et de Marie »

Le 28 décembre 2009, soeur Héloïse Déry,
en religion Marie-Ferdinande,
est entrée à la maison du Père.

Elle avait 89 ans dont 66 de profession religieuse.
Née à St Séverin de Proulxville, Québec,
elle était la 5e des 12 enfants de Donat Déry
et de Ferdinande Thiffault.

Héloïse avait 10 ans lorsqu’elle fut la seule survivante de la noyade des 7 autres enfants de la famille, 2 sœurs aînées, une cadette, un cousin et 3 cousines : la chaloupe avait chaviré. Elle dit s’être sentie déposée sur la chaloupe renversée : pour elle, protection mariale, mais épreuve pénible pour toute la famille.
 
Maintenant aînée des filles, elle doit, à regret, abandonner  ses études pour aider sa mère. Elle a 12 ans. Elle garde le souvenir de sa soeur aînée qui désirait se faire carmélite et les initiait aux sacrifices par amour de Jésus. Elle aide les plus jeunes dans leurs classes. Elle aspire à la vie religieuse. À 17 ans, connaissant soeur Marie-Barnabé qui part pour le Basutoland, elle fait une première démarche. Elle écrit à la communauté : « toutes les SNJM sont-elles exposées à partir pour une mission lointaine? ».  Cela elle ne le désire pas! En même temps, elle a des amis qu’elle aime bien, dont un en particulier... Mais elle veut vérifier sa vocation religieuse. L’enseignement l’attire; il lui manquerait au moins 4 ans d’études, selon son frère déjà enseignant comme Frère de Saint-Gabriel.

A 21 ans, elle entre au noviciat coadjuteur, bien préparée par son expérience des tâches ménagères. Elle y est heureuse. Une lettre pleine de tendresse de son ami lui occasionne des luttes... Elle intensifie sa prière, raffermit sa décision : Soeur Marie-Ferdinande fait profession. Pendant 34 ans, réfectorière dans nos différents pensionnats, puis pendant 28 ans en service à la maison mère, particulièrement à la préparation des plateaux des malades, soeur Héloïse témoigne d’une disponibilité discrète et souriante, d’une vie de recueillement intérieur. En 2005, la Résidence Ste-Émélie reçoit ce trésor de 85 ans qui trouve encore le moyen de rendre de petits services, selon ses forces.

Lorsque le Seigneur vient chercher son épouse, si attachée aux saints noms de Jésus et de Marie, elle a passé 2 ans à l’infirmerie de la Maison Jésus-Marie, à Longueuil; il reconnaît en elle, comme l’écrit une compagne : « Un véritable pain de prière ».
  

Autres articles récents dans la section En souvenir
Sœur Monique Robitaille
Sœur Claire Montcalm
Sœur Gilberte Brien
Sœur Rollande Latour
Sœur Louise Rolland
Sœur Rita St-Onge
Sœur Gisèle Daoust
Sœur Pauline Labbé
Sœur Jeannine Dargis
Sœur Monique Longpré