Dans la section: Actualités

Mère Marie-Rose inspire le compositeur Airat Ichmouratov

À l’ouverture de sa 32e saison, l’Orchestre symphonique de Longueuil (OSDL) a présenté en première mondiale, la Symphonie no 1 « Sur les ruines d’un ancien château fort », créée par le compositeur Airat Ichmouratov, un longueillois d’adoption. Cette symphonie rend hommage à Charles II Le Moyne de Longueuil et à la fondatrice des Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie, la bienheureuse Marie-Rose Durocher.

Le premier mouvement de cette création du compositeur né en Russie, se veut un portrait musical du fils aîné du fondateur de Longueuil. « Au début, les timbales et la grosse caisse imitent les tambours de guerre autochtones dans le lointain, puis un thème aux cors évoque la figure du baron. Plus loin, Ichmouratov s’identifie au héros. » Viennent alors se greffer « ses propres souvenirs d’immigrant émerveillé… »*

Un scherzo joyeux suit dans le second mouvement. Il y décrit le Longueuil actuel, avec ses fêtes, la vie active où s’entremêlent les jeux d’enfants, le bruit de la circulation et la vie nocturne.

Douceur et force de caractère

Avec l’Adagio maestoso, Airat Ichmouratov nous ramène au XIXe siècle. Il fait honneur à une « autre grande figure de l’histoire longueuilloise, la bienheureuse Marie-Rose Durocher. » * Née Eulalie Durocher (1811-1849), Mère Marie-Rose a fondé la congrégation des Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie en 1843.

« L’Adagio reflète autant la douceur que la force de caractère de la religieuse ainsi que la vie modeste au couvent. À ce portrait, Ichmouratov superpose celui de sa propre mère, disparue accidentellement au moment où il travaillait sur ce mouvement. »*

La finale de cette symphonie est constituée d’un retour sur les moments évoqués précédemment : « fêtes, batailles, moments de nostalgie et se termine par une célébration de la vie actuelle à Longueuil, désormais joyeuse et paisible. »*

Cette première mondiale a eu lieu dans le cadre du concert d’ouverture de la 32e saison de l’Orchestre symphonique de Longueuil. Afin de souligner particulièrement le 360e anniversaire de la Ville de Longueuil, le directeur artistique et chef attitré, Marc David a réuni quelques-uns des grands artistes de Longueuil.

Outre l’œuvre du compositeur Airat Ichmouratov, présentée en dernière partie de ce concert, on retrouvait en ouverture, la Fantaisie sur L’Heptade de Neil Chotem, inspirée de l’album mythique de Serge Fiori et d’Harmonium. André Moisan a suivi avec son remarquable Concerto pour clarinette de Mozart.

Un compositeur reconnu dans le monde

Soulignons que le compositeur Airat Ichmouratov a étudié la clarinette avant d’obtenir son diplôme en 1996. Après plusieurs tournées en Europe, il s’installe à Montréal en 1998 où il décroche une maîtrise puis un doctorat en direction d’orchestre à l’Université de Montréal, en 2005. Il a été chef d’orchestre assistant à l’Orchestre de Chambre Les Violons du Roy, chef en résidence de l’Orchestre symphonique de Québec avant de joindre le groupe Klezmer Kleztory. Il y démontre tout son art, en jouant de la clarinette, en composant et en réalisant les arrangements. Il a effectué de nombreuses tournées à travers le monde avec ce groupe. Sa musique est exécutée par de nombreux ensembles et musiciens dans plusieurs pays. Il est compositeur associé au Centre de musique canadienne depuis 2010.

*Programme du concert d’ouverture de l’OSDL du 28 septembre 2017
Autres articles récents dans la section Actualités
Que la paix soit avec elle
Rassemblement automnal SNJM sous le thème : « ouvertes à la transformation »
Moments de retrouvailles et de reconnaissance à Saint-Bruno
Succès de l’exposition sur les congrégations religieuses féminines à la Maison Saint-Gabriel
Mère Marie-Rose inspire le compositeur Airat Ichmouratov
Mère Marie-Rose Durocher nommée patronne secondaire de la paroisse Saint-Arsène
Une façon de partager la mission SNJM dans le monde d’aujourd’hui
Mobilisation des SNJM en faveur des personnes migrantes et réfugiées
Les SNJM participent à une présentation des « Archives à voix haute » – L’héritage d’hier vivant aujourd’hui
150 ans de la Paroisse de la Nativité-de-la-Sainte-Vierge