Dans la section: Actualités

Des leçons d’ouverture et de courage

Accueil de la 3e famille de réfugiés syriens

« On nous avait bien avertis lors de notre formation pour accueillir des musulmans de ne pas toucher les personnes de sexe opposé », raconte Sr Beverley Wattling. « Vous auriez dû voir notre surprise de voir la famille Alrayes nous serrer dans leurs bras, à leur arrivée à l’aéroport », poursuit-elle.

Depuis, les membres du comité de parrainage de la paroisse Sainte-Monica du quartier Notre-Dame-de-Grâce, à Montréal, apprécient au quotidien, l’attitude d’ouverture manifestée par tous les membres de la famille Alrayes.  Malgré toute la souffrance vécue ces trois dernières années, chaque membre de cette famille démontre une sensibilité aux autres extraordinaire. Ils sont sources d’inspiration par le courage démontré mais aussi, par cette ouverture et cette sensibilité aux autres, cet intérêt à l’humain qui dépasse l’appartenance religieuse. 

Un long chemin vers la liberté

C’est un véritable parcours de combattant que les membres de la famille Alrayes ont dû surmonter ces dernières années. Le père, travailleur dans la construction puis comme conducteur de véhicule, relié au service d’un hôpital et la mère, comme traiteur, ont dû se résoudre à tout quitter, pour sauver leur vie et celle de leurs quatre enfants.

Partis se réfugier en Jordanie pendant trois ans, la situation n’a pas été plus rose pour autant. Le plus vieux des garçons, âgé à peine de 12 ans, s’est retrouvé soutien de famille en travaillant dans une épicerie-fruiterie. Le père, ayant des problèmes avec une jambe, s’est retrouvé limité dans sa recherche d’emploi.

Outre toutes les difficultés vécues par les familles de réfugiés en Jordanie, la famille Alrayes a dû surmonter les affres de l’attente interminable, après avoir fait leur demande d’accueil au Canada. Les démarches ont été complexes et longues, plus d’un an, provoquant bien des moments de découragement. Moments qui ont été partagés au Québec par les membres du comité de parrainage de la paroisse Sainte-Monica.

Il a fallu beaucoup de patience avant et même à l’arrivée des membres de la famille. En effet, à la suite d’une erreur administrative à l’ambassade canadienne en Jordanie, il y a eu quelques tracasseries administratives. L’utilisation du même prénom pour le père et l’un des fils a été à l’origine de cette confusion qui a pris plus d’un mois à se régler au Canada.

Quoiqu’il en soit, malgré les angoisses de l’attente et les difficultés reliées à l’adaptation à un environnement nouveau sans parler le français et l’anglais, les membres de la famille Alrayes respirent enfin. Il faut voir comment tous les membres de la famille syrienne sont attentifs aux autres. Visités au moins une fois par jour par un membre du comité ou un ami du groupe depuis leur arrivée le 22 juillet dernier, les membres de la famille Alrayes communiquent tant bien que mal par le truchement d’un interprète, d’une application de traduction sur un téléphone intelligent ou tout simplement, par des gestes.

« Réduire les préjugés contre la communauté musulmane »

Malgré la barrière de la langue, les visites de succèdent au logement de la famille Alrayes, pour prendre le pouls, les aider dans leurs démarches auprès des autorités administratives ou médicales et les familiariser à leur société d’accueil.

Même si les difficultés de communication sont bien présentes, les visiteurs remarquent l’état d’esprit des membres de la famille.  Lors d’une rencontre avec deux bénévoles, la plus jeune fille de la famille a eu le souci de s’intéresser à la personne qui restait toujours en retrait. C’est une belle leçon du souci de l’autre, de l’intérêt porté à toutes les personnes présentes, peu importe leur religion, leur sexe, leur langue. 

Consciente du défi majeur que leur imposait le choix d’une famille musulmane de six personnes dont quatre enfants, ne parlant ni français, ni anglais, Sr Beverley se réjouit de leur choix.            « Nous sommes très contents du climat d’entraide mutuelle vécu entre nous et la famille. Nous sommes aussi très heureux de l’opportunité qui nous est offerte de renforcer des liens d’amitié entre chrétiens et musulmans et de faire notre part, pour réduire les préjugés contre la communauté musulmane. »

Les premiers contacts à l’aéroport et ceux établis au quotidien démontrent somme toute, que peu importe la langue, la religion, la classe sociale, l’important est de ne pas perdre de vue, ce qui nous unit comme êtres humains.

Il y a encore bien des défis à relever pour tous les membres de la famille Alrayes, dont l’apprentissage de la langue, l’adaptation à un nouvel environnement et à une nouvelle culture. Malgré tout, à écouter Sr Beverley, nous avons, nous aussi, bien des choses à apprendre à leur contact, à commencer par s’ouvrir aux drames vécus par tous ces hommes, ces femmes et ces enfants, obligés de tout abandonner pour sauver leur vie.

Au cours des prochaines semaines, les enfants, tout comme les parents, suivront des cours d’alphabétisation ou participeront à des classes d’accueil, pour faciliter leur intégration.

Autres articles récents dans la section Actualités
Les SNJM participent à une présentation des « Archives à voix haute » – L’héritage d’hier vivant aujourd’hui
150 ans de la Paroisse de la Nativité-de-la-Sainte-Vierge
Des leçons d’ouverture et de courage
L’Orchestre symphonique de Longueuil : À votre rencontre!
Présentation de l’exposition de tableaux vivants sur les Patriotes
Joie, émotion et plaisirs étaient au rendez-vous des retrouvailles à Sainte-Émélie
Visiteurs comblés aux « portes ouvertes » des SNJM
Portes ouvertes le 12 août à la Maison de la Congrégation SNJM
65 années d’amitié pour une cohorte d’étudiantes du Collège Jésus-Marie, cuvée 1952!
Talitha Kum : un réseau de réseaux pour contrer la traite des personnes