Dans la section: Actualités

Un centre de santé relationnelle pour la dignité et la vie

La rue des Femmes (LrdF) accueille et soigne des femmes en état d’itinérance. Survivantes du pire, ces femmes sont gravement blessées et figées dans leur capacité vitale d’être en lien avec soi-même et avec les autres – notre définition de la santé relationnelle. Autrement dit, la solidarité et le sens du communautaire leur échappent. Profondément souffrantes, elles sont déconnectées de leur humanité et de celle des autres.

Par son programme de soins et de services, établi spécifiquement sur la reconnaissance de la santé relationnelle – d’une importance capitale pour la santé globale – LrdF leur permet de sortir de cet état de paralysie relationnelle, de renouer avec l’humanité, de retrouver leurs capacités et de réintégrer leur vie, en somme, d’avoir une bonne santé relationnelle.

Dispensé avec beaucoup d’amour et de compassion par des intervenantes compétentes et dévouées, son programme de soins comprend, avant tout, la thérapie et l’accompagnement psycho-relationnel, le counseling ainsi que les services ambulatoires d’évaluation et de soutien d’une équipe soignante du CIUSSS (Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux). Il permet de rétablir la connexion avec soi-même.

Une offre d’activités de réadaptation se conjugue au programme de soins, notamment : l’atelier d’art et art thérapie, l’artisanat, les arts textiles, la drama-thérapie, la chorale, le studio de photo et la cuisine collective. Ainsi, par l’action et la créativité, grandit l’estime de soi, qui favorise l’ouverture du cœur à soi et aux autres, et fait renaître le désir de donner, de contribuer à un projet commun. Preuves à l’appui, ces témoignages recueillis au cours de l’atelier de couture :

  • « Maintenant je sais que je peux donner mes vêtements aux autres, car je sais comment m’en confectionner d’autres ou en confectionner pour les autres. »
  • « Partager les connaissances (…) avec les autres durant l’atelier me donne confiance en moi. »

Pour guérir leurs graves blessures relationnelles et retrouver la sécurité, une sécurité qui est inclusive, solidaire et communautaire, citoyenne et relationnelle, les femmes en état d’itinérance ont besoin de notre compassion… et de notre main, une main tendue depuis plus de 20 ans. C’est une question de dignité et de vie.

Autres articles récents dans la section Actualités
Visiteurs comblés aux « portes ouvertes » des SNJM
Portes ouvertes le 12 août à la Maison de la Congrégation SNJM
65 années d’amitié pour une cohorte d’étudiantes du Collège Jésus-Marie, cuvée 1952!
Talitha Kum : un réseau de réseaux pour contrer la traite des personnes
Rendez-vous le 26 août - Retrouvailles et fête de reconnaissance à la Résidence Sainte-Émélie
Des invités spéciaux pour la fête de la Saint-Jean à la Maison de la Congrégation
Dorothy Guha reçoit le Mérite diocésain
Série Portée pédagogique de l’Orchestre symphonique de Longueuil : Initier les jeunes à la musique classique et encourager la persévérance scolaire
Accueil de familles de réfugiés : « une expérience enrichissante dans le sens de notre mission »
« Une flambée d’espérance » toujours actuelle