Dans la section: En souvenir

Sœur Pauline Côté

"J'ai choisi d'habiter la maison de Dieu, j'ai choisi le bonheur et la vie" (Ps 83)

Le 17 octobre 2016, sœur Pauline Côté,
en religion Marie-Noël,
est entrée à la maison du Père.

Elle avait 86 ans dont 67 de profession religieuse.
Née à Coleraine, Québec,
 elle était l'aînée des 20 enfants
 d'Arthur Côté et de Mathilde Henri.

Pauline grandit dans un petit village des Cantons de l'Est. Son père travaille à la mine et voyage en bicyclette; Pauline va à l'école du rang jusqu'en 5e année, mais elle préfère aider à la maison. Elle a 9 ans quand son père achète une ferme, tout en continuant son travail de mineur. En famille, elle apprend à travailler fort, avec cœur; elle apprend aussi à prier. Elle raconte:

"Certains soirs, quand je revenais de l'école, les enfants pleuraient, se tenant après la robe de maman parce qu'ils voulaient se faire bercer, alors, je mettais mon sac d'école dans le coin, j'assoyais deux enfants sur moi et un de chaque côté de moi, sur le bras de la berceuse, ils se tenaient à mon cou et nous voilà partis à nous bercer et les enfants ne pleuraient plus. Pendant ce temps-là, au moins, maman travaillait tranquille". Après le souper, c'était la prière suivie du chapelet et maman nous faisait prier pour que Papa ait la santé et ne manque pas de travail."
 Le dimanche, on va à la messe à deux voitures: le père mène la première et Pauline suit avec la deuxième, fiers de leurs chevaux!

A 15 ans Pauline écrit sa lettre de demande pour être admise au noviciat des Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie. - Elle connaît la Congrégation par sa tante paternelle, Jeanne, sœur Thérèse-du-Carmel. - La réponse lui arrive: "attendez d'avoir seize ans". Quatre mois plus tard, en janvier, la jeune fille arrive à Outremont. A sa prise d'habit, elle reçoit le nom de sœur Marie-Noël.

Déjà sœur Marie-Noël était habile en couture, tricot, petits points, broderie. Ainsi peut-elle rendre de multiples services. Mais sa tâche principale est d'abord comme réfectorière auprès des élèves et des sœurs, pendant 16 ans, puis comme cuisinière pendant 18 ans. Elle sert avec simplicité et dévouement dans nos pensionnats de Waterloo, Hochelaga, Maskinongé, à Ste-Marie-des-Anges et Vincent d'Indy, dans nos résidences de Beauharnois et Goyer. Lorsqu'elle arrive à la maison mère après un revers de santé, elle œuvre auprès des sœurs malades, pour les coupes de cheveux et la coiffure pendant près de 20 ans. Les résidences de Sainte-Martine et Sainte-Émélie la voient s'activer à la réception et à la coiffure. Tout au long de ces années, sœur Pauline aime ses compagnes, les apprécie, donne sa pleine mesure. Elle résume ainsi:
"J'aimais toutes les sœurs, je les trouvais fines, aimables. Ce qui m'aide, c'est ma Bible, le bréviaire, le Prions en Église, le chapelet médité, les journées de récollection où on réfléchit en silence…"

Sœur Pauline est une priante; sa piété se ressource à l'essentiel et s'exprime dans la sérénité et la confiance. Dieu est proche. Après trois ans à notre infirmerie, où elle s'adonne au ministère de la prière, Celui en qui elle a mis toute sa confiance et son amour peut lui dire: "Viens, fidèle servante"!

Autres articles récents dans la section En souvenir
Sœur Monique Longpré
Sœur Thérèse Laramée
Sœur Marie-Thérèse Côté
Sœur Madeleine Poliquin
Sœur Cécile Coiteux
Sœur Gabrielle Cossette
Sœur Thérèse Soucy
Sœur Léonie Lamarche
Sœur Cécile Martin
Sœur Raymonde Bertrand