Dans la section: Actualités

Nouvelle campagne choc pour contrer l’exploitation sexuelle

Le Comité d’action contre la traite humaine interne et internationale (CATHII) profite des activités entourant le Grand Prix du Canada, tenu à Montréal, en juin, pour sensibiliser la population au risque de traite humaine et d’exploitation sexuelle pendant cet événement sportif.

L’organisme supporté par les SNJM et plusieurs autres congrégations religieuses pose des gestes concrets depuis cinq ans. Il a tout d’abord sensibilisé le personnel des hôtels montréalais à la problématique de la traite, pendant deux ans. Parmi les autres actions, il faut souligner une vigile de silence non loin de l’événement et la distribution de dépliants. Il y a aussi eu une distribution d’accroche-portes pour dénoncer la traite humaine et fournir les coordonnées d’une ressource pour les victimes.

Cette année, le CATHII s’est joint à un regroupement de plusieurs organismes pour appuyer la campagne se déroulant sous le thème « Acheter du sexe n’est pas un sport ». Vous trouverez ci-dessous le communiqué de presse émis lors du lancement de la campagne. Un message de la ministre responsable est également disponible via le fichier PDF.

« Acheter du sexe n’est pas un sport »
Campagne de sensibilisation visant à contrer l’exploitation sexuelle

Montréal, le 1er juin 2016 – Le Phare des Affranchi(e)s, en collaboration avec le Y des femmes de Montréal (YWCA), la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES), le Comité d’action contre la traite humaine interne et internationale (CATHII) et le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l'Ile-de-Montréal, est fier de lancer la campagne « Acheter du sexe n’est pas un sport », afin de sensibiliser la population et les touristes, à l’exploitation sexuelle qui croit de manière alarmante pendant les grands événements sportifs. Cette campagne est financée par le Secrétariat à la condition féminine du Québec et regroupe un grand nombre de signataires.

À quelques jours du Grand Prix, événement sportif international tristement reconnu comme étant des plus ravageurs en matière de traite humaine, la campagne vise à lutter contre la banalisation de l'exploitation sexuelle. La sensibilisation a débuté hier à l’aide d’un affichage urbain dans des endroits stratégiques de Montréal et les environs, notamment sur des autobus de la STM et sur les autoroutes. Un camion publicitaire lumineux défilera dans la ville, près des rues Ste-Catherine et Crescent aux heures de grande affluence entourant les festivités du Grand Prix. 

Dans un deuxième temps, la campagne battra son plein sur les médias sociaux grâce à la participation de personnalités publiques qui ont accepté de promouvoir le slogan en prêtant leur visage pour appuyer la cause.  «Il est impératif pour le comité qui a contribué à cette campagne, de changer les mentalités. Nos valeurs modernes devraient rester nobles et non pas déraper dans des extrêmes comme nous le faisons actuellement avec la banalisation de la marchandisation du corps. Acheter du sexe n’est pas un sport, donc contribuer au commerce du sexe ne devrait pas être considéré comme un divertissement «accepté» ou «correct». Les gens doivent comprendre que l'esclavage n'a pas été aboli en 1834, qu'il existe encore aujourd'hui et ici.  Il est de notre responsabilité à tous d'agir »,  comme l’a souligné Nathalie Khlat, présidente et co-fondatrice du Phare des Affranchi(e)s.

Le Phare des Affranchi(e)s conscientise, par des actions concrètes et globales, les gouvernements, les organismes et le public à l'esclavage moderne afin que la problématique soit reconnue et que la lutte pour la contrer soit organisée et efficace.

Communiqué de la ministre Lise Thériault - Consultez le fichier PDF ci-dessous.

Autres articles récents dans la section Actualités
Que la paix soit avec elle
Rassemblement automnal SNJM sous le thème : « ouvertes à la transformation »
Moments de retrouvailles et de reconnaissance à Saint-Bruno
Succès de l’exposition sur les congrégations religieuses féminines à la Maison Saint-Gabriel
Mère Marie-Rose inspire le compositeur Airat Ichmouratov
Mère Marie-Rose Durocher nommée patronne secondaire de la paroisse Saint-Arsène
Une façon de partager la mission SNJM dans le monde d’aujourd’hui
Mobilisation des SNJM en faveur des personnes migrantes et réfugiées
Les SNJM participent à une présentation des « Archives à voix haute » – L’héritage d’hier vivant aujourd’hui
150 ans de la Paroisse de la Nativité-de-la-Sainte-Vierge