Dans la section: En souvenir

Soeur Thérèse Rodrigue

"Tu as été fidèle en de petites choses, entre dans la joie de ton maître." (Mt 25, 21)

Le 18 août 2015, sœur Thérèse Rodrigue,
en religion Marie-Henri,
est entrée à la maison du Père.

Elle avait 86 ans dont 65 de profession religieuse.
Née à Laventure, Saskatchewan,
elle était l'aînée des 7 enfants
d'Adalbert Rodrigue et de Rachel Poirier.

"Au début du XXe siècle, un groupe de colons du Québec s'établissent dans une région boisée des plaines  nord-ouest de la Saskatchewan." Lorsque le jeune couple Adalbert Rodrigue et Rachel Poirrier y tente leur chance le village francophone de Laventure avec sa chapelle de bois rond n'existe que depuis quelques années (ref.musee.societehisto.com/lac-witchican-laventure-n381-t718.html). Pour la famille de Thérèse c'est la vie difficile des défricheurs, des audacieux; la terre que l'on fait, soumise à des périodes de sécheresse, n'arrive pas à répondre aux besoins. Thérèse, en tant qu'aînée de six bambins, se forme à la vie rude, à l'oubli de soi, à la responsabilité: atteler le cheval, le conduire au village par tous les temps, faire face à l'imprévu, se priver pour les autres… Il faut se résigner et revenir au Québec. Un oncle de Chartierville ouvre son foyer: ils étaient 16, ils seront près de 25. École d'héroïsme, de souci des autres.
 
Thérèse poursuit ses études au couvent du village. A 17 ans, elle entre au noviciat des Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie. Sœur Marie-Henri enseigne en français  pendant 20 ans dans les écoles primaires de Montréal. Puis, pendant une autre période semblable, l'anglais aux jeunes du Mont-Jésus-Marie d'Outremont. Comme professeur, sœur Thérèse est concrète, précise, exigeante pour le travail et la discipline. Elle est très dévouée.

Après une année de ressourcement doctrinal à Cap-Rouge, sœur Thérèse aide à la comptabilité de la Maison-mère et tient celle de la résidence Marie-Rose-Durocher. Elle ajoute à sa tâche celle de chauffeure. La situation des démunis et l'écologie l'interpellent; sa réponse est concrète: elle collabore à "Optométristes Sans Frontières" en récupérant les lunettes usagées pour les populations démunies de pays en voie de développement. Que de démarches, de temps investi!

Les dix dernières années de sœur Thérèse s'écoulent à l'infirmerie de Longueuil où elle reçoit les soins que son état nécessite. Accompagnée de son chapelet, elle est fidèle à sa marche quasi quotidienne et laisse libre cours à son amour de la nature. Attentive à la suite des saisons, elle s'intéresse aux arbres, aux bourgeons, aux graines; elle les apporte même au repas pour partager son intérêt avec des compagnes. Fidèle à sa fratrie, elle garde contact, accompagne chacun dans sa prière. Jusqu'à la fin, la récupération exprime sa conviction que tout peut encore servir.

Sœur Thérèse a honoré la création, y rencontrant son Créateur.

Autres articles récents dans la section En souvenir
Sœur Claire Montcalm
Sœur Gilberte Brien
Sœur Rollande Latour
Sœur Louise Rolland
Sœur Rita St-Onge
Sœur Gisèle Daoust
Sœur Pauline Labbé
Sœur Jeannine Dargis
Sœur Monique Longpré
Sœur Thérèse Laramée